Trump ouvert à un dialogue avec la Corée du Nord

JO 2018 : un défilé et une équipe de hockey féminine communs entre les deux Corées ?

Corée du Nord: l'accord sur les JO ne va pas désarmer Pyongyang

L'initiative de détente dans la péninsule coréenne a bel et bien été amorcée avec la rencontre de haut niveau entre le Nord et le Sud qui a eu lieu le 9 janvier, rencontre largement consacrée à la participation de Pyongyang aux Jeux olympiques de Pyeongchang, au Sud.

"Ce n'est que le début", a-t-il promis lors d'une conférence de presse.

"En faisant cela, explique-t-il, il peut contribuer à ce que les Etats-Unis élaborent une logique passant à des négociations et renversant la situation, de sorte que lorsqu'ils seront prêts à discuter avec le Nord, ils pourront dire que le Nord est sorti de son isolement parce que les sanctions étaient efficaces". "Pour qu'un sommet ait lieu, il faut que les bonnes conditions soient réunies et que certains résultats soient garantis".

La Corée du Sud, qui participera à ses premiers JO, figure au 22e rang mondial d'un classement comprenant 38 nations tandis que la Corée du Nord pointe à la 25e place. La Corée du Nord en a réalisé trois en deux ans.

Dans un communiqué commun, le Nord et le Sud avaient annoncé à l'issue des discussions de mardi que Pyongyang allait "envoyer une délégation du Comité olympique national, des athlètes, des pom-pom girls, un groupe d'artistes, une équipe de démonstration de Taekwondo et un service de presse" à Pyeongchang.

Moon Jae-in a déclaré que la dénucléarisation de la péninsule coréenne était un objectif qui ne pouvait être abandonné, ajoutant qu'il ne souhaitait pas une réunification immédiate des deux Corées.

Le Premier ministre sud-coréen Lee Nak-Yon a dit s'attendre à ce que le Nord envoie une "délégation gigantesque de 400 à 500 personnes" à Pyeongchang.

La Corée du Nord et la Corée du Sud ont repris mardi leur dialogue officiel interrompu depuis décembre 2015 et se sont mises d'accord sur des discussions dans le domaine de la défense, après des mois de tensions sur les programmes nucléaire et balistique de Pyongyang.

Ces annonces "marquent un grand pas en avant dans l'esprit olympique", s'est félicité depuis Lausanne Thomas Bach, président du Comité international olympique, dans un communiqué.

Les deux camps ont aussi décidé de rétablir une liaison téléphonique militaire coupée en février 2016, afin d'améliorer la communication entre les deux pays toujours techniquement en guerre.

Mercredi, le porte-parole du gouvernement japonais, Yoshihide Suga, a indiqué que Tokyo se félicitait de la volonté nord-coréenne de participer aux JO.

Dernières nouvelles