Vendin-le-Vieil: Marine Le Pen attendue à la prison

Plusieurs détenus radicalisés sont emprisonnés à la centrale pénitentiaire de Lannemezan

Plusieurs détenus radicalisés sont emprisonnés à la centrale pénitentiaire de Lannemezan

Paris, France | AFP | vendredi 12/01/2018 - Les gardiens de prison ont débrayé vendredi dans une bonne partie des établissements pénitentiaires du pays, selon des sources concordantes, après l'agression la veille dans le Pas-de-Calais de trois surveillants par un détenu jihadiste, ancien cadre d'Al-Qaïda. "Le terrorisme nécessite que l'on mette en place - car c'est un acte de guerre - une procédure particulière, une juridiction spéciale et un système d'incarcération particulier, avec des conditions de sécurité qui permettent aux agents de travailler en étant assurés qu'ils ne risquent par leur vie ou leur intégrité physique", a-t-elle ajouté à sa sortie, dénonçant l'absence de la ministre de la Justice car "l'Etat est responsable de l'agression" de jeudi. "L'agresseur a crié +Allah Akbar+ à chaque fois qu'il mettait des coups de lames aux collègues", a détaillé un représentant du le syndicat UFAP-UNSA.

Originaire de Pologne et issu d'une famille catholique pratiquante, Christian Ganczarski s'installe en Allemagne avant se convertir à l'islam et de partir avec sa femme en Arabie saoudite, rapporte le journal polonais Dziennik, traduit en français par Courrier international. Trois des agents ont été transportés aux urgences par les services pénitentiaires pour des blessures au cou et aux côtes pour des coupures.

"On savait qu'il passerait à l'acte, des écoutes le laissaient transparaître".

L'auteur de l'agression est Christian Ganczarski, islamiste allemand condamné en 2009 pour complicité dans l'attentat contre la synagogue de Djerba (Tunisie) qui avait fait 21 morts en 2002. Le deuxième agent a ceinturé le détenu, qui lui a mis des coups de couteaux au niveau du front.

17h35: "L'un des collègues est sérieusement blessé au cuir chevelu et a été hospitalisé, indique une source syndicale au site de 20 Minutes". "Selon une source policière, sa peine arrivait à échéance en février.", peut on lire. Arrivé en fin de peine, il devait être extradé vers l'Allemagne.

Le détenu Christian Ganczarski aurait attaqué jeudi trois surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil, dans le Pas-de-Calais, les blessant légèrement. Une de personnes blessées a été sérieusement touchée et a été transportée en urgence à l'hôpital. Le détenu, qui était à l'isolement, avait demandé à sortir temporairement de sa cellule pour passer une communication téléphonique.

Dernières nouvelles