Une dizaine de plaintes bientôt déposées contre Lactalis — Lait infantile contaminé

250 salariés de l'usine de Craon en chômage partiel

Lactalis : le chômage partiel mis en œuvre à Craon

Les centres Leclerc ont en effet continué à vendre des laits en poudre pour bébé fabriqué chez Lactalis à Laval, malgré le rappel de ces produits en raison d'un risque de contamination par des salmonelles.

Cela fait suite à l'identification d'un problème dans le magasin Leclerc de Seclin (Nord) après avoir effectué un "audit interne de vérification de la bonne application des mesures de retrait des produits de l'entreprise Lactalis". Leclerc a lancé un examen de ses procédures "afin d'identifier précisément les raisons de ce dysfonctionnement et de mettre en place les mesures correctives nécessaires", ajoute le groupe. Le distributeur affirme également avoir identifié les consommateurs ayant acheté les produits. Afin de répondre au mieux aux interrogations des clients, Leclerc a ouvert un numéro vert: 01 71 53 51 20.

Pour rappel le 21 décembre 2017, le groupe de nutrition infantile a procédé au rappel de l'ensemble de ses produits pour enfants depuis février 2017.

Contredisant des informations du Canard Enchaîné paru mercredi 3 janvier, selon lesquelles l'usine aurait stoppé sa production de laits infantiles mais continuerait à fabriquer notamment des céréales, une porte-parole de Lactalis avait indiqué à l'AFP: "Tout ce qui est fabriqué dans l'usine de Craon est arrêté depuis le 8 décembre".

La bactérie à l'origine de la contamination à la salmonelle de l'usine Lactalis de Craon (Mayenne) est probablement la même que celle qui a frappé le site en 2005, a indiqué lundi l'Institut Pasteur.

Au total, l'autorité de surveillance Santé publique France a recensé 35 nourrissons contaminés, parmi lesquels 16 ont été hospitalisés. " Le nombre est assez faible " et " je ne pense pas qu'il devrait beaucoup évoluer ", a voulu rassurer Simon Le Hello.

Dernières nouvelles