Interception d'un avion d'Air Algérie: Les précisions de l'armée française

Un Mirage 2000 intercepte un Boeing 737 d'Air Algérie au-dessus de la ville d'Orange

Quand l'armée de l'air française intercepte un Boeing d'Air Algérie

Un avion de la compagnie Air Algérie a été intercepté par un Mirage 2000 français mardi 9 alors qu'il volait au large de Marseille selon un communiqué de presse de l'armée de l'Air.

Cette opération a été réalisée en raison de doutes "sur les intentions de l'équipage" de l'aéronef qui assurait alors la liaison commerciale entre Constantine et l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry.

"L'équipage du Mirage 2000 a pu s'assurer que le comportement douteux n'avait pas d'autre origine qu'un manquement à l'obligation de l'équipage du Boeing de maintenir un dialogue constant avec les aiguilleurs du ciel", a détaillé le communiqué. "L'interception, au cours de laquelle une photo du Boeing 737 a été prise, a eu lieu à une altitude de 32 000 pieds à la verticale de la ville d'Orange [Vaucluse] à 11h26", explique l'Armée de l'Air. Ce dernier s'est élancé de la base aérienne 115 Orange-Caritat, située sur la commune d'Orange, dans le Vaucluse.

La haute autorité française de défense aérienne (HADA) a affirmé que "L'appareil avait repris contact avec les contrôleurs civils de Marseille contrôle quelques minutes plus tôt, mais la mesure de police du ciel a été maintenue " pour vérification. Chaque année, l'armée de l'Air française ordonne une centaine de décollages de chasseurs à la suite d'absences de communication radio, fait valoir son porte-parole, le colonel Olivier Celo. L'interception consiste à approcher à vue l'appareil et à entrer en contact avec l'équipage.

Dernières nouvelles