Spartoo promet de conserver (presque) tous les magasins André

Spartoo a ouvert son premier magasin physique en 2015 et en compte une douzaine à Grenoble, Clermont-Ferrand Besançon etc. Le site va reprendre les 120 magasins à l'enseigne Andr

Spartoo va racheter André

L'annonce en a été faite ce mardi matin en comité central d'entreprise du chausseur créé en 1896.

Selon Christophe Martin, secrétaire CGT du CCE d'André contacté par Europe 1, Spartoo conserverait dans un premier temps les 135 enseignes françaises en les rebaptisant "Too Andre". De son côté Spartoo, 350 salariés - qui a engagé depuis 2015 une stratégie d'ouverture de boutiques après son succès en ligne - a ouvert une douzaine de magasins et ambitionne d'en ouvrir une centaine dans le pays.

Spartoo, fondée en 2006 par l'ingénieur Boris Saragaglia, est un spécialiste de la vente de chaussures par internet.

"A long terme, je ne sais pas ", indique Michel Peyraga, représentant CFTC chez Vivarte, qui s'inquiète de l'éventuel recours chez André "à une rupture conventionnelle collective, comme chez Pimkie, dans quelques mois ". Pour la marque de chaussures emblématique, la presse lui a grillé la politesse: il s'agirait du site de e-commerce Spartoo, rapportent Reuters et Les Échos ce lundi. Sous réserve de cette consultation, de l'avis de sa maison mère Vivarte, de l'autorisation par l'autorité de la concurrence et de la levée des conditions suspensives usuelles, l'opération devrait être réalisée au second trimestre de l'année 2018.

Patrick Puy, Président de Vivarte: "Le projet proposé par le groupe Spartoo permettrait à André d'avoir les moyens de se développer sur son cœur de clientèle". Vivarte, qui cherche à vendre également sa marque de chaussures Besson, a subi un recul de son chiffre d'affaires d'environ 18 % lors de son exercice décalé 2016-2017, tout en affichant des pertes réduites de plus de moitié et un excédent brut d'exploitation (Ebitda) "en progression pour la première fois depuis six ans".

Dernières nouvelles