Merkel et Schulz promettent une "nouvelle politique" en Allemagne

Allemagne: négociations entre conservateurs et sociaux-démocrates pour une

Allemagne: négociations entre conservateurs et sociaux-démocrates pour une"grande coalition"Plus

Ce scrutin marqué par un repli des partis traditionnels n'a pas permis de dégager une majorité évidente à la Chambre des députés.

"J'entre dans les discussions qui s'ouvrent avec optimisme, même si je suis consciente de l'énorme travail qui nous attend", a déclaré dimanche la chancelière à Berlin.

La chancelière et son camp démocrate-chrétien ont d'abord essayé de former un gouvernement de coalition avec les Libéraux et les écologistes, sans succès. Il ne reste plus à Angela Merkel, comme formule de coalition majoritaire, qu'une alliance avec les sociaux-démocrates du SPD, avec lesquels elle a déjà gouverné dans le cabinet sortant (2013-2017), qui gère actuellement les affaires courantes du pays.

"Je pense que nous pouvons y arriver", a-t-elle dit dimanche, en disant vouloir "un gouvernement stable" face aux défis internationaux et européens.

Un responsable de la CSU Manfred Weber a créé la polémique ce week-end en prônant une "solution définitive" en 2018 sur les réfugiés, vocabulaire réminiscent de l'expression "solution finale" employée par les nazis pour l'extermination des Juifs.

Des divergences majeures subsistent entre les parties en présence, notamment entre le SPD et la CSU.

La CDU d'Angela Merkel, et surtout la CSU, sont nettement plus sceptiques à ce sujet. Il faut parvenir à un accord, a-t-il dit.

Après les premières consultations, le SPD doit encore obtenir, lors d'un congrès extraordinaire le 21 janvier, le feu vert de ses militants pour finaliser une coalition.

Les deux blocs ont jusqu'à jeudi pour déterminer s'ils sont susceptibles de gouverner ensemble, auquel cas une nouvelle phase de négociations serait programmée. Mais en dépit de la bonne volonté affichée de part et d'autre, les pourparlers de cette semaine s'annoncent tendus.

Horst Seehofer, président de l'Union chrétienne-sociale (CSU), parti qui représente l'Union chrétienne démocrate (CDU) d'Angela Merkel en Bavière, a dit pour sa part qu'il avait "bon moral" en ce début des discussions.

Dernières nouvelles