Les mesures choc du gouvernement — Sécurité routière

Vitesse limitée à 80 km  h: pourquoi cela ne coûterait quasiment rien dans les Landes

Les mesures choc du gouvernement — Sécurité routière

Au sortir du comité interministériel de la sécurité routière, pas de surprise sur la mesure principale annoncée par Edouard Philippe, déjà connue et largement débattue: la vitesse maximale sera baissée de 90 km/h à 80 km/h sur les routes bidirectionnelles nationales et départementales qui ne sont pas équipées de séparateur central. L'exécutif rétorque que cette mesure permettra de sauver "350 à 400 vies" par an, sur les 3200 tués environ chaque année sur les routes de France.

Alors que l'on recense encore, tous les ans, environ 3.400 morts sur la route, l'Etat veut ainsi tout faire pour descendre sous la barre des 2.000 morts annuels. "Si les résultats ne sont pas à la hauteur de nos espérances après deux années de mise en oeuvre, le Gouvernement prendra ses responsabilités". Enfin, toute personne contrôlée positive à un produit stupéfiant ou avec un taux d'alcool supérieur à 0,8 gramme verra son véhicule placé en fourrière pour une durée de 7 jours. Désormais, les forces de l'ordre pourront donc retenir le permis de conduire d'une personne avec téléphone portable quand elle a commis en même temps une autre infraction.

Il a par ailleurs indiqué la multiplication des sanctions envers les automobilistes qui ne respecteraient pas ces usagers vulnérables au moyen, notamment, de la vidéo-verbalisation.

Au-delà de ses mesures répressives, Édouard Philippe a annoncé le lancement d'une réflexion pour récompenser les bons conducteurs. Des règles qui entreront en vigueur le 1er juillet 2018. Il ne se vise pas moins que les "2000 tués sur les routes en 2020", objectif que s'était fixée l'équipe de François Hollande avant lui.

Edouard Philippe a franchi le pas. C'est donc là qu'il faut agir en priorité.

Dernières nouvelles