Gilbert Rozon refuse de payer les femmes présumément abusées

Gilbert Rozon

Gilbert Rozon. Crédits

Ce sont Mes Bernard Larocque, Jonathan Lacoste-Jobin et Myriam Brixi, du cabinet Lavery, qui représentent Gilbert Rozon.

Mi-octobre, une dizaine de femmes sortent de leur silence et accusent Gilbert Rozon d'agressions et d'harcèlement sexuels.

Gilbert Rozon conteste la demande de recours collectif de 10 millions de dollars en dommages déposée par un regroupement de présumées victimes qui soutiennent avoir été agressées et harcelées par l'ancien producteur.

Regroupées en un collectif appelé Les Courageuses, ces dernières dont l'actrice québécoise Patricia Tulasne, qui auraient été agressées entre 1982 et 2016, réclament plus de 6 millions d'euros de dommages et intérêts, en plus des dédommagements individuels.

"En effet, Rozon a agi avec un mépris pour les droits de ses victimes qui méritent la dénonciation la plus claire qui soit", indique la demande d'action collective menée par les cabinets TJL et Kugler Kandestin. À elle seule, elle réclame 400 000 $ à l'entrepreneur pour ses gestes inadmissibles.

Depuis les événements allégués, la comédienne dit n'avoir plus jamais été capable de faire confiance aux hommes ou d'avoir une vraie relation amoureuse.

En condamnant Rozon à des sommes faramineuses, plus élevées que les "standards habituels " dans les poursuites civiles contre des particuliers, les avocats affirment que cela enverrait un message fort à la population.

Le fondateur de Juste pour rire a fait parvenir à la cour un document dans lequel il répond brièvement aux allégations portées contre lui. Il pourrait même se battre afin que cette affaire ne soit pas entendue par la Cour supérieure du Québec.

Dernières nouvelles