Vers la fin du rattrapage — Réforme du bac

STUDIO M

STUDIO M

L'année scolaire ne se découpera pas en trimestres mais en semestres pour les élèves de seconde.

Quelques pistes ont été avancées concernant la réforme du bac pour 2021. C'est l'hypothèse qui serait envisagée par Pierre Mathiot, un proche du ministre de l'Éducation nationale, chargé de piloter la concertation autour de la réforme de cet examen qui sanctionne la fin des études secondaires.

En juillet dernier, 95.000 lycéens avaient passé le rattrapage et un peu plus de 60% d'entre eux avaient réussi à décrocher le précieux sésame au terme des oraux. Les notes obtenues remplaçaient alors, si elles étaient supérieures, celles de l'écrit.

Un rapport d'un groupe de travail parlementaire intitulé "À quoi sert le baccalauréat?" avait déjà pointé en 2008 "le caractère profondément insatisfaisant de ces oraux de rattrapage, ceux-ci s'apparentant quelquefois à une formalité dès lors que le livret de l'élève semble plaider en sa faveur". Il doit alors choisir deux matières écrites obligatoires pour espérer améliorer ses résultats. Et si ces nouvelles notes lui permettent d'atteindre la moyenne de 10, il décroche son bac.

Ces épreuves de la seconde chance concernaient encore, en 2017, 96.500 lycéens.

L'autre mesure importante sur laquelle la rue de Grenelle plancherait concernerait, toujours selon Le Figaro, le remplacement des trois grandes filières actuelles du bac général par neuf possibilités de "doublettes". Pour leurs 15 heures de spécialité, les élèves de terminale auraient alors le choix entre neuf grandes combinaisons: maths-physique-chimie, maths-SVT, maths-SES, sciences de l'ingénieur-physique-chimie, lettres-langues, lettres-arts, SES-histoire-géo, lettres-philosophie, ont indiqué Les Echos.

LIRE AUSSI Réforme du Baccalauréat: vers la fin des filières L, S et ES? Un tronc commun pourrait ainsi occuper la totalité des enseignements du premier semestre et les lycéens pourraient choisir des modules au deuxième semestre.

Joint par L'Express, le ministère de l'Education déclare ne "rien pouvoir confirmer, ni infirmer". Son compte rendu devrait être publié à la fin du mois de janvier. "Avant cette date, le ministère ne fera aucun commentaire".

Dernières nouvelles