Deux actionnaires interpellent Apple sur le rapport des enfants aux iPhone

Applefirmware

Des actionnaires d'Apple craignent l'addiction des jeunes à l'iPhone

La marque à la pomme a été appelée à faire le nécessaire pour lutter contre laddiction aux smartphones par deux de ses investisseurs soucieux de la santé mentale des jeunes utilisateurs diPhone, selon les informations de Bloomberg. Jana Partners LLC et les caisses de retraite des enseignants californiens (CalSTRS) ont effectivement adressé samedi 6 janvier une lettre ouverte au groupe de Cupertino dans laquelle ils lui demandent de procéder à une étude de l'addiction des enfants à ses smartphones. Jana et CaISTRS détiennent quelque 2 milliards de dollars de titres Apple, qui pèse 898,5 milliards (747 milliards d'euros) au cours de clôture de vendredi. Le géant technologique américain propose déjà des contrôles parentaux et la possibilité de restreindre les accès à certaines applications et contenus. Sommé de prendre des mesures contre ces effets négatifs, Apple n'a pour l'instant pas souhaité faire de commentaire.

Dans un nouveau communiqué, Apple a tenu à répondre à ses actionnaires concernant leur demande d'une étude pour vérifier l'impact des smartphones/iPhone chez les plus jeunes lors d'une utilisation prolongée. "S'attaquer au problème maintenant va augmenter la valeur à long terme pour tous les actionnaires ", estiment les deux sociétés dans leur lettre.

Le problème de la dépendance aux smartphones est passé au premier plan aux États-Unis, où environ 86 millions d'Américains de plus de 13 ans possédaient un iPhone en 2016, selon comScore.

Jana Partners LLC et les Calstrs, deux actionnaires importants d'Apple sont inquiets des effets des smartphones sur la santé mentale des enfants et l' addiction générée. C'est pourquoi face à ce "malaise sociétal grandissant", Apple se doit de réagir, car cela sera bénéfique non seulement pour le groupe, mais aussi pour ses actionnaires. Faisant valoir que "50%" des adolescents ont le sentiment d'être "accros à leur téléphone", ils jugent "qu'il faudrait défier le sens commun pour nier, quand le cerveau des enfants est toujours en train de se développer", que les produits d'Apple "n'ont pas au moins un impact" ou "que le fabricant d'un produit aussi puissant n'a aucun rôle à jouer pour aider les parents à s'assurer qu'il est utilisé de manière optimale".

Dernières nouvelles