Jeux vidéo. L'addiction va être reconnue comme une maladie

Pixabay

Pixabay

Le "trouble du jeu vidéo " côtoiera les "Maladies endocriniennes, nutritionnelles et métaboliques", "les Maladies de l'appareil digestif " ou encore "les Malformations congénitales et anomalies chromosomiques ".

Souvent accusés de tous les maux à cause de leurs scènes violentes et de leurs effusions de sang virtuel, les jeux vidéo vont être officiellement considérés comme la source d'une vraie addiction et donc d'une maladie: le "trouble du jeu vidéo " ("Gaming disorder " en anglais). L'inscription de l'addiction aux jeu vidéo sera examinée dans le cadre de la 11ème Classification internationale des maladies, préparée depuis 2011 et qui doit être débattue au printemps 2018.

Certains spécialistes avertissent toutefois qu'il ne faut pas confondre la passion du jeu vidéo et l'addiction proprement dite, la frontière étant parfois relativement mince entre les deux.

La définition courante de ce "gaming disorder" est "un comportement lié aux jeux vidéos sur internet ou hors ligne, qui se caractérise par une perte de contrôle sur le jeu, une priorité croissante accordée au jeu par rapport à d'autres activités, au point qu'il prenne le pas sur d'autres centres d'intérêt", a expliqué M. Jasarevic.

Interrogé par le magazine Science & Avenir, le Dr Bruno Rocher, psychiatre addictologue au CHU de Nantes, explique que "le jeu peut aussi devenir un comportement addictif par l'intermédiaire du "game play", les mécanismes de gratifications et récompenses, la captation de l'attention, l'immersion du joueur, qui lui permet d'oublier son quotidien".

Cette classification passe mal auprès de la puissante association du logiciel de divertissement (ESA) aux Etats-Unis.

L'OMS dispose de peu d'éléments chiffrés sur l'ampleur du phénomène.

Dernières nouvelles