Liberia : dépouillement des voix du second tour de la présidentielle

Le candidat à la présidentielle George Weak et sa femme Clar, le 23 décembre 2017 à Monrovia au Liberia

Le candidat à la présidentielle George Weak et sa femme Clar, le 23 décembre 2017 à Monrovia au Liberia

George Weah n'a pas tardé à se présenter comme "le président élu de la république du Liberia" sur son compte Twitter.

Le vainqueur succédera à Ellen Johnson Sirleaf, la première femme présidente de l'Afrique, qui achèvera son second mandat présidentiel. De l'AS Monaco à Chelsea, en passant par le Paris SG et l'AC Milan, club avec lequel il avait obtenu son titre de Ballon d'or en 1995, il a fait le bonheur de centaines de milliers d'amateurs de la balle ronde en inscrivant des buts à la pelle. Il a dit à ses partisans ce qu'ils voulaient entendre: "qu'il allait résoudre les problèmes qui traînaient depuis trop longtemps comme l'état désastreux des routes, la santé, l'école, les emplois et tout ce dont pouvaient rêver les Libériens".

Près de trois décennies après le début d'une guerre civile particulièrement atroce -250.000 morts entre 1989 et 2003- le Liberia s'apprête à vivre une transition en douceur.

Mais le plus dur est à venir pour George Weah.

Weah, devenu le 25e présdient du Liberia et qui prendra ses fonctions en janvier, a promis de former un gouvernement qui s'efforcera de donner un nouvelle vie au peuple libérien.

C'est d'ailleurs sur un tweet de l'ancien international ghanéen Anthony Baffoe que Didier Drogba félicite le candidat à la présidentielle.

Les observateurs locaux et internationaux ont qualifié cette élection de "généralement pacifique et calme".

Dernières nouvelles