Pendant 30 ans, l'hôpital public a payé un médecin absent

Quimperlé: l'hôpital épinglé pour avoir rémunéré un médecin absent pendant 30 ans

Au 31 octobre 2016 le médecin percevait une rémunération brute de près de 7.400 euros par mois.@ BORIS HORVAT AFP

La cour régionale des comptes de Bretagne vient d'épingler l'hôpital de Quimperlé (Finistère) pour avoir payé un médecin pendant trente ans. Il a finalement pris sa retraite en janvier 2017.

Cet ex-chef de service avait été suspendu de ses fonctions en 1986 en raison de son "incompétence avérée" et de problèmes de comportement, vis-à-vis du personnel et des patients. La direction avait alors tenté de le pousser vers la retraite, ce qu'il avait refusé, préférant sans surprise son très avantageux statut. Chaque année, le coût salarial s'est élevé à 130.000 euros auxquels il faut ajouter 980.000 euros de recettes d'activité dont l'établissement a été privé. Un montant d'autant plus choquant que les hôpitaux publics de Franc accusent un déficit d'un milliard d'euros.

Comment une telle situation a pu se produire?

En 2004, l'agence régionale de l'hospitalisation (ARH) avait même versé 124 000 euros à l'hôpital pour couvrir ce surcoût.

Selon les magistrats, cette situation irrégulière serait liée "à une volonté de défense du corps des praticiens hospitaliers" qui "contrevient à l'intérêt général, aux intérêts du système de santé publique et de protection sociale et altère la pérennité financière de l'établissement". Elle souligne toutefois qu'il s'agit-là d'un cas exceptionnel. "Le médecin a pris sa retraite en janvier", a réagi Carole Brision, nouvelle directrice de l'hôpital de Quimperlé, précisant que "la chambre régionale avait mis en évidence la bonne maîtrise salariale de l'établissement".

Dernières nouvelles