Les femmes enceintes surexposées à l'arsenic et au mercure

Toutes les femmes enceintes imprégnées de métaux

Toutes les femmes enceintes imprégnées de métaux

Selon une étude de Santé Publique France dévoilée ce mardi 19 décembre 2017, les femmes françaises sont surexposées à certains métaux lourds.

A partir de ces échantillons, les chercheurs ont cherché à détecter la présence de treize métaux et métalloïdes: l'aluminium, l'antimoine, l'arsenic total, le cadmium, le césium, le chrome, le cobalt, l'étain, le mercure, le nickel, le plomb, l'uranium et le vanadium. Tous ont été retrouvés dans les prélèvements, à l'exception de l'uranium.

Devant de tels résultats, les femmes doivent-elles réduire leur consommation de poisson?Le Monde affirme que Santé publique France "prépare de nouvelles recommandations pour 2018", et rappelle que le Programme national nutrition santé préconise pour la population globale de limiter la consommation de poisson à deux portions par semaine. Pour cette étude, les cheveux et les urines de 4000 futures mamans de 18 à 40 ans ont été analysées tout comme le sang du cordon ombilical. "Une hypothèse serait la consommation de poisson et de crustacés", a expliqué à l'AFP Clémence Fillol, responsable de la surveillance biologique à Santé publique France. Santé Publique France indique que "le plomb et le mercure sont mesurés à des niveaux moindres que ceux mesurés dans le passé en France", mais que "les niveaux d'imprégnation observés par les autres métaux sont du même ordre de grandeur que ceux observés dans des études antérieures".

Mais comparé aux autres pays, les femmes enceintes en France sont plus imprégnées au mercure et à l'arsenic.

Les femmes enceintes sont-elles exposées à des métaux cancérogènes? "On ne sait pas à quelle dose ils peuvent avoir un impact sur la santé de l'enfant et la mère".

L'imprégnation au plomb peut être due à plusieurs choses: le tabac, l'eau du robinet, les légumes, l'alcool et le pain. L'arsenic a potentiellement pour origine les poissons et crustacés, le tabac, les pesticides, les additifs alimentaires ou les produits pharmaceutiques. Mais aussi à la consommation de poissons, de crustacés et de fruits de mer, tout comme pour l'arsenic et le mercure. Surtout pas indique l'Anses, l'agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation. Pour les femmes enceintes, la liste des interdits ne cesse de s'allonger.

L'exposition prénatale à ces polluants est soupçonnée d'avoir des répercussions sur la grossesse (prématurité, malformations congénitales, petit poids à la naissance) et sur le développement et la santé de l'enfant (atteintes du système reproducteur, du métabolisme, du développement psychomoteur et intellectuel ou augmentation du risque de cancer).

Dernières nouvelles