Jérusalem est une "ligne rouge" — Erdogan

Erdogan à Trump

Jérusalem: «rupture diplomatique» avec Israël (Erdogan)

Par ailleurs, un haut conseiller de Mahmoud Abbas, le président palestinien, a prévenu le Chef d'état américain que toute reconnaissance par les USA de Jérusalem comme étant la capitale d'Israël signifiera la fin de l'effort mené par l'administration américaine pour relancer 'la paix'.

"Monsieur Trump, Jérusalem est une ligne rouge pour les musulmans", a lancé Recep Tayyip Erdogan au Président américain, dans des propos rapportés par la i24news et la presse française."Nous allons mener cette lutte jusqu'au bout avec détermination".

M. Erdogan avait déjà affirmé mardi que le statut de Jérusalem était "une ligne rouge" pour les musulmans, évoquant même une possible rupture diplomatique avec Israël si Washington devait reconnaître la ville sainte comme capitale.

Le sommet doit réunir des dirigeants des 57 pays membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) dont la Turquie est la présidente en exercice.

Rompant avec des décennies de prudence américaine sur un dossier potentiellement explosif, M. Trump va reconnaître mercredi Jérusalem comme capitale d'Israël en dépit des mises en garde des dirigeants de la région qui redoutent une flambée de violence. De son côté, le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a estimé dangereuse cette éventuelle décision de déplacer l'ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem.

M. Erdogan a rappelé à ses interlocuteurs que les Nations Unies (ONU) et la Communauté internationale avaient rejeté la décision d'Israël d'annexer Jérusalem en 1980.

Pour instaurer la paix et la stabilité dans la région, il faut revenir aux frontières de juin 1967 en établissant un État palestinien indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale, selon le président turc.

Fervent défenseur des Palestiniens, le président turc a normalisé les relations de son pays avec Israël en 2016, après une crise déclenchée en 2010 par un raid israélien meurtrier contre un navire affrété par une ONG humanitaire turque pour tenter de briser le blocus israélien de la bande de Gaza.

Il a souligné que cette ville est un lieu saint pour les Musulmans et constitue une "question très délicate" pour les pays musulmans. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Dernières nouvelles