Un haut responsable de l'Onu attendu mardi en Corée du Nord

Jeffrey Feltman devant le drapeau des Nations unies

L'émissaire de l'ONU Jeffrey Feltman en Corée du Nord

Les manoeuvres ont lieu une semaine après que Pyongyang eut tiré un missile balistique intercontinental qui aurait la capacité d'atteindre le territoire continental américain.

Mais ce déplacement est exceptionnel: il s'agit de la première visite de M. Feltman dans le pays depuis sa prise de fonctions en 2012.

La dernière visite d'un haut responsable de l'ONU en Corée du Nord avait été celle effectuée en octobre 2011 par Valerie Amos, ancienne secrétaire générale adjointe aux Affaires humanitaires et coordonnatrice des secours d'urgence.

L'Américain Jeffrey Feltman, secrétaire général adjoint de l'ONU aux Affaires politiques, effectuera de mardi à vendredi une visite officielle en Corée du Nord, a annoncé lundi le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric.

"Il rencontrera également l'équipe locale des Nations Unies ainsi que des membres des représentations diplomatiques, et se rendra sur des sites liés à des projets de l'ONU", a affirmé le porte-parole, ajoutant que M. Feltman "se rendra également en Chine pendant son séjour dans la région".

Six agences de l'ONU sont présentes en Corée du Nord: le PNUD (développement), l'Unicef (enfance), l'OMS (santé), le PAM (alimentation), la FAO (agriculture) et le Fonds des Nations unies pour la population. Interrogé à ce sujet, le porte-parole de l'ONU n'a pas répondu précisément, se contentant d'assurer que le patron de l'ONU avait toujours fait part de sa disponibilité pour une mission de bons offices si nécessaire.

Pékin, principal soutien économique de la Corée du Nord, assure appliquer strictement les sanctions internationales contre Pyongyang, tout en plaidant pour une reprise des négociations. Il a rencontré le vice-ministre des Affaires étrangères, Li Baodong, a indiqué le service de communication de l'ONU.

Par ces sanctions, l'ONU veut contraindre Pyongyang à négocier ses programmes d'armements conventionnels et nucléaires, jugés menaçants pour le monde.

Dernières nouvelles