"Honte de la République" : Macron attaque l'audiovisuel public, en pleines coupes budgétaires

Audiovisuel public

Culture Audiovisuel public"Nous n'écarterons aucune piste dit Nyssen Politique Macron aurait qualifié l'audiovisuel public de honte de la République

Selon toujours l'hebdomadaire, le chef d'Etat a pointé du doigt non seulement "la mauvaise gestion, le gaspillage, la médiocrité des programmes et des contenus' mais aussi 'les relations malsaines entre l'audiovisuel et ses partenaires extérieurs (animateurs, producteurs, etc)". C'est l'exercice auquel ce serait livré, selon l'Express, Emmanuel Macron qui a reçu lundi les députés LREM de la commission des affaires culturelles et de l'éducation. Macron aurait critiqué le mode de désignation des présidents de ces entreprises par le CSA qui, une fois nommés, n'ont de compte à rendre à personne. D'une part, elle doit faire face aux exigences du gouvernement qui lui demande de réduire son budget.

Des déclarations qui ont dû faire grincer quelques dents du côté des chaines publiques, où l'ambiance n'est pas au beau fixe, notamment après les rumeurs de suppression de "Complément d'Enquête" et "Envoyé Spécial". La SDJ souligne que "le malaise reste très important dans la rédaction, où les décisions de la présidente concernant l'information nationale sont inaudibles".

Ce plan suscite l'inquiétude chez les salariés et Delphine Ernotte est sous la menace d'une motion de défiance des journalistes.

Aux yeux de ses adversaires à la présidentielle, Emmanuel Macron a longtemps été le chouchou des médias.

Dernières nouvelles