Quatre dirigeants séparatistes resteront en prison — Catalogne

Quatre dirigeants catalans restent en prison

Catalogne: quatre dirigeants séparatistes resteront en prison

Poursuivis pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne - dont le président destitué en exil à Bruxelles, Carles Puigdemont, tente d'éviter d'être extradé en Espagne -, ils resteront en prison en raison du "risque de récidive ", selon un communiqué de la cour.

Vice-président destitué et leader de l'Esquerra Republicana Catalana (ERC, la Gauche républicaine catalane), Oriol Junqueras restera en prison ainsi que Joaquim Forn, ex-ministre de l'Intérieur et les deux Jordi - Sanchez et Cuixart - leaders des associations séparatistes Asemblea nacional catalana et Omnium Cultural.

Les six autres dirigeants détenus ont été remis en liberté lundi soir après le paiement d'une caution de 100 000 euros (150 000 dollars) chacun, versée par l'ANC.

La campagne pour les élections régionales du 21 décembre, officiellement lancée à minuit ce lundi, débutera sans eux. Ce faisant, le maintien en prison d'Oriol Junqueras, alors que l'ERC est donnée gagnante dans les sondages -comme celui des trois autres inculpés- va donc dominer la campagne.

A Bruxelles, Carles Puigdemont et quatre autres membres de l'exécutif catalan déchu ont retrouvé lundi le juge belge chargé de statuer sur les mandats d'arrêt européens émis à leur encontre par Madrid, après la déclaration unilatérale d'indépendance de leur région fin octobre.

La proclamation d'indépendance faite par le gouvernement régional le 27 octobre a conduit le pouvoir central espagnol à placer la Catalogne sous tutelle. Or cinq seulement pourront être présents sur le terrain.

En effet, ERC, la liste de M. Puigdemont Junts per Catalunya et le petit parti d'extrême gauche de la CUP font campagne séparément. De fait, un sondage, pourtant publié par le Centre d'études sociologiques du gouvernement espagnol, s'il ne donnait pas hier de majorité aux indépendantistes les plaçait toujours devant le Parti socialiste catalan, Ciudadanos et le Parti Populaire, opposés à l'indépendance et totalisant 44,3%. Le juge rendra sa décision le 14 décembre.

Dernières nouvelles