Les autorités bancaires françaises déconseillent d'investir dans le bitcoin

Bitcoins : un actif déréglementé et hautement spéculatif

L'AMF dissuade fortement les épargnants de miser sur le bitcoin

L'autorité des marchés financiers et l'autorité de contrôle prudentiel et de résolution ont publié un communiqué pour mettre en garde les épargnants français qui voudraient placer une partie de leurs économies dans le Bitcoin. "Il s'échange en ligne et n'est matérialisé par aucune pièce ou billet". Elles expliquent que ces "actifs" reposent sur un protocole informatique de transactions cryptées et décentralisées, appelé la "Blockchain ". "Par conséquent, ils ne sont donc pas non plus assujettis au cadre réglementaire relatif aux moyens de paiement", précisent l'AMF et l'ACPR. "Son fonctionnement s'appuie sur un réseau sans intermédiaire et il ne bénéficie pas d'un cours légal contrairement aux monnaies émises par les banques centrales ", souligne le communiqué.

Le cours du bitcoin s'est encore envolé la semaine précédente et a battu des records en franchissant la barre des 11.000 dollars l'unité pour la première fois depuis son lancement début 2009, après avoir vu sa valeur multipliée par dix en moins d'un an, suscitant un intérêt des investisseurs mais aussi des craintes de bulle spéculative. "Cette valorisation peut aussi bien s'effondrer de la même manière", préviennent-elles, comme les krachs de la devise l'ont déjà montré par le passé.

"L'achat/vente et l'investissement en bitcoins s'effectuent à ce jour en dehors de tout marché réglementé".

"Ils ne peuvent pas non plus être qualifiés de monnaies ni être considérés comme des moyens de paiement au sens juridique du terme".

Dernières nouvelles