Le divorce coûterait 50 milliards à Londres — Brexit

Brexit: «Officieusement tout sera OK»

Le divorce coûterait 50 milliards à Londres — Brexit

The Telegraph a écrit que la Grande-Bretagne avait donné son accord de principe à l'UE, qui lui demande 60 milliards d'euros, ajoutant que la somme définitive, laissée délibérément dans l'ambiguïté, serait comprise entre 45 et 55 milliards.

Le gouvernement britannique proposée 20 milliards d'euros. Selon le Telegraph, le chiffre final " sera compris entre 45 et 55 milliards d'euros", en fonction du calcul réalisé par chaque camp d'après " une méthodologie préparée en commun ".

Pas de confirmation des deux parties à ce stade.

La décision britannique de quitter le marché unique européen et l'union douanière après le Brexit, à compter de fin mars 2019, semble impossible à concilier avec la volonté affichée de Londres de maintenir une frontière irlandaise "sans friction", a-t-elle estimé dans le document publié vendredi. "Des discussions intensives entre le Royaume-Uni et la Commission européenne se poursuivent cette semaine à Bruxelles alors que nous tentons de trouver un accord", a expliqué le DExEU, dans un bref message envoyé par email.

Un tel accord représenterait un progrès très important dans les négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne entamées en juin: les vingt-sept autres pays de l'UE ont fait du règlement financier une condition préalable à l'ouverture des discussions sur la future relation entre l'UE et Londres.

La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne entraînera inévitablement le rétablissement de contrôles douaniers à la frontière entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, selon un rapport d'une commission parlementaire britannique.

C'est pendant un sommet prévu pour les 14-15 décembre à Bruxelles que les 27 diront s'ils acceptent d'ouvrir cette deuxième phase, que le Royaume-Uni s'impatiente de pouvoir commencer. La Première ministre britannique Theresa May doit rencontrer le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, lundi prochain.

Cette rencontre aura lieu quelques jours avant "la date limite absolue" du 4 décembre, fixée par les Européens à Londres pour prendre des engagements "suffisants" dans les négociations du Brexit.

Dernières nouvelles