Lancement de la campagne hivernale — Restos du coeur

Un jour de distribution alimentaire aux Restos du cœur à Montauban

Un jour de distribution alimentaire aux Restos du cœur à Montauban

Lorsqu'il a lancé son appel, sur Europe 1, le 26 septembre 1985, Coluche n'imaginait sans doute pas que 32 ans plus tard, les Restos du coeur seraient encore en service et qu'ils aideraient des démunis toujours plus nombreux - 900.000 aujourd'hui.

Les Restos du Coeur prévoient de distribuer "un petit peu plus de repas" cette année au cours de sa 33e campagne hivernale, dont le coup d'envoi a été donné mardi à Paris par Emmanuel Macron.

"Il y a de l'action publique, l'Etat ne se désengage en aucune façon, mais l'Etat travaille avec les collectivités publiques et les associations, en particulier les grandes associations comme les Restos, donc on a besoin d'eux", a dit le chef de l'Etat à l'issue d'une visite dans un centre des Restos du Coeur, dans le Xe arrondissement de Paris.

"Malheureusement, on est obligés de rationner les gens", car "on n'a pas assez de dons, surtout pour la petite enfance: des poussettes, des produits de puériculture, des biberons...", a-t-elle expliqué.

C'est la première fois qu'un président de la République inaugure une campagne de l'association.

Il "représente pour nous le quart des produits alimentaires que l'on distribue et donc ce serait catastrophique si jamais on n'obtenait pas le renouvellement, voire même une amélioration de ce fonds pour nous et pour les autres pays", a-t-il considéré. Mais l'association aimerait voir arriver de nouvelles aides. Des étudiants, des retraités, des mères célibataires, l'association aide les plus pauvres. L'an dernier, 882.000 personnes ont été aidées par les Restos, dont 31.000 bébés de moins de 12 mois. "Les Restos ne manqueront donc pas de mobiliser tout au long de l'année, relève l'association, en lien avec leurs partenaires associatifs, l'ensemble des parties prenantes pour qu'elles concrétisent cet engagement et défendent un Fonds européen dédié à l'aide alimentaire à la hauteur de l'urgence sociale européenne".

Dernières nouvelles