Un témoin décrit la corruption en Amérique latine

Procès Fifa: un ex-dirigeant argentin se jette sous un train après des accusations de corruption

Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide

Entendu mardi 14 novembre à New York, Alejandro Burzaco, premier témoin du procès de la corruption au sein de la FIFA, a brossé un tableau accablant de la corruption au sein du football sud-américain, avec des millions de dollars de pots-de-vin payés pour les droits télévisuels des tournois du continent ou pour choisir des pays hôtes de la Coupe du monde. Le président de la Conmebol, le Paraguayen Nicolas Leoz, et ses lieutenants, Julio Grondona et Ricardo Teixeira, ex-président de la fédération brésilienne, auraient ainsi reçu quelque 600.000 dollars par an de pots-de-vin, en échange de contrats d'octroi ou de prolongation de droits télévisés liés aux tournois de la Copa Libertadores (l'équivalent de la Ligue des champions en Amérique du Sud) et de la Copa America (l'équivalent de l'Euro).

Ces millions permettaient d'obtenir ou de conserver, face à une concurrence féroce, de juteux contrats de droits télé pour la diffusion internationale de ce sport-passion. "Qu'est-ce-que tu fais? Qui ne vote pas pour le Qatar?" lui auraient-ils demandé. Cet ex-proche du très puissant président de la Fédération argentine de football Julio Grondona coopère avec la justice américaine en attendant sa condamnation. Les montants de ces contrats n'ont cessé d'augmenter ces dernières années. De retour dans la salle après ce rappel à l'ordre, la candidature du Qatar l'a finalement emporté.

Au total, la justice américaine a mis en cause 42 personnes dans cette affaire, dont trois sont actuellement en procès depuis une semaine devant un tribunal new-yorkais. Ils risquent des peines de plus de 20 ans de prison.

Les dessous-de-table pour l'attribution de la Coupe du monde ne représentaient qu'une petite partie du système de corruption tournant autour du roi du football argentin.

Vingt-quatre autres personnes, dont Alejandro Burzaco, ont plaidé coupable. Selon les etats-unis Ministère de la justice, en 24 ans, les suspects ont reçu des pots de vin d'un montant d'environ 150 millions de la Deuxième vague d'arrestations commencé à Zurich le 3 décembre 2015, lorsque la détention a été pris par l'ex-président de la CONCACAF Jeffrey Webb, ancien vice-président de la FIFA Alfred Хавит, ainsi que Juan Ángel Напоут.

Dernières nouvelles