Le premier ministre du Liban démissionne

Le Premier ministre libanais Saad Hariri annonce sa démission à la suprise générale

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a démissionné

La décision du Premier ministre libanais Saad Hariri de démissionner est liée aux projets des États-Unis et de l'Arabie saoudite de déstabiliser la situation au Liban et au Proche-Orient, estime le conseiller du chef de la diplomatie iranienne Hossein Sheikholeslam.

Selon lui, Washington et Riyad visent à "déstabiliser la situation au Liban et dans la région suite à la défaite de Daech et la débâcle de l'Amérique dans la région".

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé sa démission ce samedi, à la surprise générale. Celui-ci déclare craindre pour sa vie et reproche à l'Iran d'avoir la "mainmise" sur son pays par l'intermédiaire du groupe armé le Hezbollah.

Le président français Emmanuel Macron (D) serre la main du Premier ministre libanais Saad Hariri lors d'une conférence de presse au Salon Murat de l'Elysée à Paris le 1er septembre 2017.

Dans son annonce, le Premier ministre démissionnaire a expliqué qu'il sentait " ce qui ce tramait dans l'ombre pour viser [s] a vie", faisant explicitement référence à l'assassinat en 2005 de son père Rafic Hariri, ex-Premier ministre. Ce mouvement chiite qui faisait partie du gouvernement d'union nationale de Saad Hariri est également un allié important du régime de Bachar Al-Assad en Syrie. Son parti compte le plus grand nombre d'élus à la chambre des députés. L'Iran a une mainmise sur le destin des pays de la région (...).

"Le Liban est trop petit et vulnérable pour supporter le fardeau économique et politique de cette démission", a-t-il tweeté". En 2008, des affrontements entre sunnites et chiites avaient failli plonger le pays dans une nouvelle guerre civile.

Dernières nouvelles