James Toback accusé de harcèlement par 38 femmes — USA

James Toback lors de la présentation de son nouveau film à la Mostra de Venise

James Toback lors de la présentation de son nouveau film à la Mostra de Venise. Image Filippo Monteforte AFP

Au lendemain de l'affaire Weinstein et de la vague d'expression, de témoignages, qu'elle suscite, c'est un nouveau scandale qui éclot. Le réalisateur James Toback est le dernier à faire l'objet d'accusations de harcèlement sexuel, de la part de 38 femmes interrogées par le Los Angeles Times (en anglais), qui publie une enquête lundi 23 octobre.

"Ces femmes dressent le portrait d'un homme qui, pendant des années, a harcelé sexuellement les femmes qu'il a engagées, les femmes avec qui il a travaillé, les femmes qui se tournaient vers lui pour devenir actrices ou simplement des femmes qu'il avait croisées dans la rue" écrit le journaliste de l'enquête Glenn Whipp - qui depuis la parution de l'article ne cesse de recevoir de nouveaux témoignages accablants. Pire encore, James Toback se masturbait et frottait ses organes génitaux sur ces jeunes femmes. "Je suis réalisateur. Avez-vous vu Black and White ou Two Girls and a Guy?'" Plusieurs femmes décrivent James Toback se frottant contre elles ou se masturbant en leur présence. Interrogé par le Los Angeles Times, James Toback a nié les faits qui lui sont reprochés, assurant n'avoir jamais rencontré les femmes citées par le journal, ou alors "pour cinq minutes et [il] n'en [a] aucun souvenir".

Aucune des femmes n'a porté plainte à l'époque des faits. James Toback, 72 ans aujourd'hui, aurait proposé des auditions à des jeunes filles rencontrées au hasard dans la rue, auditions qui prenaient alors rapidement une tournure sexuelle. Le plus connu en France est sans doute son premier, Mélodie pour un tueur, car il a fait l'objet d'un remake par Jacques Audiard en 2005, sous le titre De battre mon cœur s'est arrêté.

Dernières nouvelles