Nicolas Hulot envisage de taxer les grands projets de construction

Pour protéger les terres agricoles Hulot veut taxer les bétonneurs

Pour protéger les terres agricoles Hulot veut taxer les bétonneurs

Le projet de loi, porté par le ministre de la Transition écologique, s'inscrit dans le cadre du Plan Climat présenté en juillet afin d'accélérer la mise en oeuvre de l'Accord de Paris.

Après avoir annoncé la fermeture "jusqu'à 17 centrales nucléaires", la taxation des propriétaires de logement mal isolés et l'interdiction les nouveaux permis d'exploitation d'hydrocarbures sur le territoire français, le ministre de l'Ecologie a encore frappé. Ce serait le Premier ministre, Édouard Philippe qui lui aurait demandé "d'y travailler". Il souhaiterait mettre en place une taxe proportionnelle aux surfaces naturelles sur lesquelles vont être réalisé des projets de construction. Ces surfaces jouent pourtant "un rôle important dans l'équilibre climatique, la préservation de la biodiversité et notre souveraineté alimentaire", a développé le ministre.

La proposition du ministre rencontre une attente exprimée par les Français: selon un sondage Ifop publié mardi par l'ONG environnementale WWF France, 78% d'entre eux seraient favorables à un moratoire sur l'artificialisation des terres agricoles dès 2020.

"J'étudie une nouvelle source de financement qui permettrait de lutter contre l'artificialisation des sols et de financer la préservation de la biodiversité", a-t-il expliqué au Parisien.

Chaque mois, c'est une surface équivalente à 6.400 terrains de football qui est " consommée " par l'urbanisation, indique le quotidien.

"La France détient le record du monde des ronds-points, il y a les ZAC, les ZUP et j'en passe", peste Nicolas Hulot.

Nicolas Hulot parle de "frénésie souvent injustifiée ". D'après les mêmes études, la surface agricole d'un département disparaît tous les les cinq à six ans. Dès lors qu'elles prendront pour décor des terres agricoles, elles pourraient devenir synonymes de taxations!

Dernières nouvelles