Alimentation : la Confédération paysanne "globalement satisfaite" des annonces de Macron

Emmanuel Macron annoncera mercredi à Rungis des mesures pour redonner du pouvoir aux agriculteurs dans la négociation face aux industriels et aux distributeurs

Emmanuel Macron annonce une loi pour rééquilibrer les contrats entre agriculteurs et distributeurs

"Le fait qu'Emmanuel Macron annonce qu'il va y avoir des contrats contraignants qui vont imposer aux industriels et à leurs clients de rémunérer leurs producteurs en fonction de leurs coûts de revient, qu'il y aura une loi qui va vérifier que tout ça s'applique, c'est quelque chose d'important, c'est même quelque chose de jamais-vu", souligne Laurent Pinatel.

Emmanuel Macron veut initier une petite révolution dans le secteur agricole, dont l'ambition est de trouver les moyens de mettre un terme à la paupérisation de la profession, tout en répondant à la forte nécessité de transformation pour répondre aux attentes sociétales et environnementales. Le chef de l'Etat a promis qu'une loi sera votée dès le premier semestre 2018: "L'Etat prendra ses responsabilités avec des contrôles effectifs et des sanctions appliquées", a-t-il martelé. "Nous nous engagerons à travers des chartes, filière par filière", a répondu Serge Papin, président de Système U. "Nous travaillerons collectivement sur une charte", a confirmé Jacques Creyssel, pour la fédération du commerce et de l'industrie.

Les "contrats de filière" ainsi bouclés serviront aussi de base à la position de la France pour bâtir la future Politique agricole commune (PAC), qui doit voir le jour après 2020, a-t-il dit. Et ne devrait concerner que les produits alimentaires. Pour lutter contre les prix "abusivement bas" pratiqués par des distributeurs, il faut, selon Macron, "éviter les effets de rente, rehausser le prix de revente à perte des produits alimentaires", mais aussi "encadrer les promotions".

- Il a réaffirmé son engagement de campagne d'un taux de 50% de produits bio ou locaux dans la restauration collective en 2022.

Des regroupements de producteurs plus puissants.

À l'adresse des associations de consommateurs, il a affirmé que le Ceta, l'accord de libre échange conclu entre l'UE et le Canada et entré provisoirement en application le 21 septembre, respectera les normes européennes de santé et d'environnement. "D'ici à la fin de l'année, je vous demande de conclure des plans de filières pour retrouver le juste prix", a-t-il lancé.

La Commission européenne, "réjouie" par ce discours, a indiqué qu'elle présenterait fin novembre ses orientations pour simplifier et moderniser la PAC.

" Nous modifierons la loi pour inverser la formation du prix qui partira du coût de production ", a déclaré le chef de l'État à mi-parcours des États généraux de l'Alimentation, à Rungis (Val-de-Marne). Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP.

Dernières nouvelles