Macron s'engage pour l'accueil de 10 000 réfugiés en France d'ici 2019

La France accueillera 10 000 réfugiés dont un tiers venu du Niger et du Tchad d'ici octobre 2019Plus

La France accueillera 10 000 réfugiés dont un tiers venu du Niger et du Tchad d'ici octobre 2019Plus

Outre le Tchad et le Niger, la Turquie, le Liban et la Jordanie sont concernés par cette "ouverture". "Dans les prochaines semaines, les premières opérations seront conduites dans ce cadre avec une coopération dont je me félicite entre l'OFPRA et le HCR ".

Des missions qui vont démarrer "dans les prochaines semaines", comme l'a déclaré Emmanuel Macron lundi, pour identifier les personnes pouvant bénéficier du droit d'asile, sur des listes proposées par le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés. Lors d'un mini-sommet avec plusieurs pays européens, le 28 août dernier, Emmanuel Macron avait proposé "d'identifier" dans leur pays d'origine les ressortissants qui peuvent prétendre au droit à l'asile, plutôt qu'une fois à leur arrivée sur le sol français. Ces missions menées par l'Ofpra ont pour objectif de "mieux prévenir la situation depuis le Niger et le Tchad pour prévenir un afflux de migrants économiques" non éligibles au droit d'asile, a expliqué Emmanuel Macron sur le récit d'Europe1.

Parmi ces 10 000 réfugiés, 3 000 proviennent des "missions de protection avancées" de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra) au Niger et au Tchad, est-il indiqué dans le communiqué du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb.

En revanche, l'idée d'installer des centres d'accueil en Libye est pour l'heure abandonnée en raison de l'insécurité qui règne sur place.

Le HCR évalue pourtant à plus de 90 000 le nombre de personnes vulnérables ayant besoin d'un transfert au Tchad et au Niger. Emmanuel Macron a précisé que " le HCR sera associé " à ses réformes.

En parallèle, la France souhaite faciliter l'expulsion en adoptant une méthode "beaucoup plus rigoureuse " ciblant les migrants économiques, qui n'ont pas droit à l'asile. "L'Europe doit construire un espace commun de protection et de solidarité en créant un Office européen de l'asile et un programme commun d'intégration et de formation des réfugies", a-t-il affirmé.

Dernières nouvelles