Kenya : Raila Odinga, à la stupeur générale, renonce à la présidentielle!

Tension au Kenya L’opposition monte au créneau

Kenya – élection : l'opposant Raila Odinga se retire

Raila Odinga s'est retiré mardi du nouveau vote prévu, après décision judiciaire, pour l'élection présidentielle prévue le 26 octobre.

Raila Odinga a décidé de se retirer de la course à la prochaine présidentielle du 26 octobre au Kenya, et ce "dans l'intérêt des Kényans ".

Les résultats du précédent scrutin présidentiel tenu le 08 août avaient donné le président sortant, Uhuru Kennyatta, vainqueur avec lus d'un million cinq cent mille voix de plus que Raila Odinga.

L'opposition avait ensuite conditionné sa participation au nouveau scrutin, prévu le 26 octobre, à une réforme en profondeur de l'IEBC, dont l'éviction de plusieurs de ses responsables. Même après la décision de la Cour Suprême qui a ordonné la reprise de la présidentielle, Raïla Odinga a toujours clamé la nécessité d'une réforme de la commission électorale de son pays, une requête qui a deux semaines du vote n'a guère connu d'issue favorable: "Nous sommes arrivés à la conclusion que l'IEBC n'a pas l'intention d'entreprendre les réformes nécessaires pour éviter que les irrégularités et fraudes à l'origine de l'annulation de l'élection du 8 août ne se reproduisent pas", a expliqué le chef de l'opposition kenyane.

Elle a également organisé des manifestations contre l'IEBC alors que se sont multipliées les invectives entre pouvoir et opposition.

Dans son annonce, Odinga a réitéré les critiques précédentes sur le comité électoral, critiquant la commission électorale et de délimitation indépendante (IEBC), qui n'a pas remplacé certains fonctionnaires, qu'il a accusé d'irrégularités dans le sondage du 8 août. " Dans l'intérêt des Kényans, de la région et plus largement du monde, nous estimons que le mieux sera que la National Super Alliance (la Nasa, coalition de l'opposition, ndlr) soit absente de l'élection présidentielle prévue pour le 26 octobre 2017 ", a-t-il fait savoir à la presse et ses milliers de partisans.

Les réelles implications de ce retrait sont pour l'heure incertaines, et devraient faire l'objet d'une âpre bataille sur l'interprétation des textes de loi.

Dernières nouvelles