Les 4 mesures du plan Climat pour aider les ménages

Nicolas Hulot

Nicolas Hulot annonce des mesures pour les plus modestes

Le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a livré ce matin dans Libération le détail de quatre "mesures phares" de son plan climat.

Bien qu'une prime à la conversion existe déjà, son champ d'action très restreint fait qu'elle n'a pas rencontré un grand succès. Et justement, concernant la fameuse prime à lachat promise par Emmanuel Macron, alors en campagne pour la présidence de la République française, lancien animateur démissions télévisées avait inversé les dates de prise en compte de lancienneté, entre diesel et essence. Hors le cas spécifique des voitures électriques, laide à laquelle tous les français pourront prétendre sera dun maximum de 1.000 euros. Dès 2018, tous les Français propriétaires de véhicules essence datant d'avant 1997 ou diesel d'avant 2001 pourront toucher une prime de 2500 euros. "Elle s'appliquera à l'achat d'un véhicule neuf mais aussi, et c'est nouveau et très important, à l'achat d'une voiture d'occasion récente dès lors qu'elle porte une vignette Crit'Air 0, 1 ou 2" (les autocollants permettant de classer les véhicules en fonction de leurs émissions polluantes), précise Nicolas Hulot.

Nicolas Hulot tient particulièrement à cette mesure conséquente.

Autre exemple: "le chèque énergie ", expérimenté depuis 2016 dans quatre départements. Nicolas Hulot insiste: "J'ai donc proposé qu'à partir de 2019, le crédit d'impôt se transforme en prime, versé dès que les travaux sont achevés". À noter que cette prime s'ajoutera au bonus de 6000 euros donnée pour les véhicules électriques.

Le chèque énergie, dont l'attribution est basée sur un critère de revenus (moins de 7.500 euros de revenus annuels pour une personne seule ou 16.100 euros pour un couple avec deux enfants) et vise potentiellement 4 millions de foyers (y compris ceux se chauffant au bois ou au fioul), a vocation à se substituer aux tarifs sociaux du gaz et de l'électricité, qui devaient concerner cette année quelque 3,3 millions de ménages, pour environ 400 millions d'euros.

Pour ce qui est du chèque énergie, passant de 125 euros par an à 200 euros, elle souligne l'insuffisance du montant prévu. Des mesures pensées pour accompagner les ménages les plus modestes vers la transition écologique et énergétique. Commentant la transformation du crédit d'impôt pour la transition énergétique en prime à la rénovation, Meike Fink note l'appréciabilité de la mesure à destination des plus précaires qui ne pouvaient pas entamer de travaux. Pour le moment, le ministre n'a pas donné de barème ou de seuil de revenus applicable, mais le montant de l'aide pourrait s'élever jusqu'à 3000 euros.

Dernières nouvelles