Le Parlement vote pour abroger le droit européen — Brexit

GB UN REJET ÉQUIVAUDRAIT AU CHAOS AVERTIT DAVIS

Premier vote au Parlement pour abroger le droit européen

En cause, la méthode préconisée par le gouvernement conservateur, qui sollicite des pouvoirs exceptionnels afin de procéder lui-même aux lourdes modifications nécessaires pour transposer le droit européen. "Le Parlement a pris la décision historique de soutenir la volonté du peuple britannique et de voter pour une loi qui apporte certitude et clarté avant notre retrait de l'Union européenne" a commenté la Première ministre Theresa May dans un communiqué. Baptisé "Loi de (retrait de) l'Union européenne", ce document vise à abroger l'"European Communities Act" de 1972 qui avait marqué l'adhésion du Royaume-Uni à l'Union européenne et introduit la primauté du droit communautaire sur le droit britannique. En creux, le projet doit permettre au pays de continuer à fonctionner correctement à l'issue du processus de négociation avec Bruxelles, qui doit intervenir théoriquement en mars 2019. Dans le Sunday Times, Keir Starmer, le "Monsieur Brexit " du Labour, insiste ainsi sur le "monstrueux " projet qu'il juge être "un coup de force qui met la démocratie sur la touche ". Les prérogatives dont pourrait disposer l'exécutif inquiètent également les syndicats.

Le vote était crucial pour Theresa May après la perte de sa majorité parlementaire le 8 juin dernier.

'Un vote de rejet de ce projet de loi équivaudrait à une sortie chaotique de l'Union européenne', a estimé David Davis dans la journée. Il avait ajouté qu'"entreprises et particuliers" avaient besoin d'être "rassurés" sur la sortie du giron européen.

Mais l'étroitesse du vote, acquis par 326 voix contre 290 alors que le parti conservateur compte 316 sièges, et la rébellion annoncée d'une douzaine de ces élus tories contre " les excès " de ce texte qui confère des pouvoirs étendus à l'exécutif, donnent la mesure de la précarité dans laquelle débute l'examen de ce texte fleuve qui doit encore faire l'objet de discussions détaillées. Signe d'un pays toujours divisé sur la question, plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi dans le centre de Londres pour demander au gouvernement de "renoncer au Brexit".

Dernières nouvelles