L'Espagne frappe Facebook au portefeuille pour ses dérives — Données personnelles

L'agence espagnole de protection des données a annoncé ce lundi avoir infligé à Facebook une amende de 1,2 million d'euros

L'agence espagnole de protection des données a annoncé ce lundi avoir infligé à Facebook une amende de 1,2 million d'euros. | Reuters

Nouvelle amende pour Facebook, cette fois-ci infligée par l'Agencia Española de Protección de Datos (AEPD), à savoir l'organisme espagnol de protection des données (l'équivalent français est la CNIL).

L'activité des utilisateurs de Facebook peut aussi être suivie sur des sites tiers et les informations ainsi collectées être ajoutées aux autres données associées leurs comptes, affirme l'AEPD.

Pour cet organisme dépendant de l'Etat espagnol, Facebook collecte des données "sur l'idéologie, le sexe, les croyances religieuses, les goûts personnels et la navigation (sur Internet), sans informer de manière claire" sur l'usage qui en sera fait, ce qui constitue une première infraction grave.

Cette amende est la conséquence d'une enquête sur les pratiques du réseau social conduite parallèlement à d'autres enquêtes similaires menées en France, en Allemagne, en Belgique et aux Pays-Bas, a précisé l'AEPD. Le réseau social s'en sert "à des fins publicitaires, entre autres, sans obtenir le consentement exprès des usagers", comme c'est prévu par la loi sur la protection des...

La compagnie américaine a annoncé qu'elle déposerait un recours contre cette décision qu'elle "conteste respectueusement", dans un message adressé à l'AFP et daté de Madrid. Motif: avoir collecté des informations sur les usagers sans avoir recueilli clairement leur consentement. "Cependant, nous n'utilisons pas ces informations pour cibler les publicités en fonction des personnes", a dit une porte-parole du réseau social. Facebook reste beaucoup trop flou quant à l'utilisation des données récoltés, où ont toutes ces informations? Il accuse Facebook d'utiliser les données collectées à des fins publicitaires.

Plus de deux milliards de personnes sont actives mensuellement sur Facebook.

"L'agence déclare l'existence de deux infractions graves et d'une très grave relevant de l'atteinte à la loi de protection des données et impose à Facebook une amende totale de 1,2 million d'euros", indique-t-elle dans un communiqué.

Au niveau européen, un Groupe de contact chargé de coordonner les mesures en vue de protéger les données des usagers s'est formé.

Dernières nouvelles