La Chine envisage d'interdire les voitures fonctionnant aux carburants fossiles

La Chine envisage à son tour l'interdiction des voitures à essence ou diesel

La Chine pourrait bien interdire définitivement la vente de voitures à énergies fossiles

Après la France et le Royaume-Uni, la Chine pourrait aussi interdire les voitures à carburants fossiles sur son territoire.

La Chine rejoint la France et le Royaume-Uni en annonçant à son tour son projet d'arrêter les ventes de voitures consommant de l'essence et du diesel, signale l'agence Associated Press.

Le MIIT, ministère chinois de l'industrie et des technologies, indique donc avoir entamé des travaux préparatoires en vue de cette transition, sans fournir encore de calendrier, même s'il pourrait tourner autour de 2040, histoire de ne pas se retrouver en arrière par rapport à l'Occident, d'autant plus que la Chine est un marché porteur stratégique pour l'essor des véhicules électriques, qui ne représentent que moins de 2% du marché automobile national.

"Xin Guobin n'a pas précisé la date de mise en ouvre d'une telle interdiction, au moment où le pays constitue le premier marché automobile dans le monde".

Récemment, les Allemands, avec leur Chancelière en tête, faisaient savoir qu'ils avaient calmé les ardeurs des Chinois à vouloir révolutionner leur marché automobile, immense de 28 millions de véhicules vendus en 2016. Il s'agit principalement de voitures à essence.

Si ces efforts pourraient effectivement booster les ventes de modèles électriques, d'autres problèmes sont soulevés par les analystes, notamment en ce qui concerne les composants de ces nouveaux véhicules. Un règlement est en cours d'élaboration: d'ici 2018, les constructeurs devront accumuler 8% de crédits "verts " sur leurs ventes, selon un système qui attribue des points pour chaque véhicule vendu.

L'objectif de la Chine est ambitieux mais nécessaire pour lutter contre la pollution atmosphérique.

Dernières nouvelles