Emmanuel Macron sera lundi à Toulouse pour présenter son plan logement

Emmanuel Macron a provoqué le mouvement social et assumé son mépris de classe vendredi à Athènes. Ludovic Marin  AFP

Emmanuel Macron a provoqué le mouvement social et assumé son mépris de classe vendredi à Athènes. Ludovic Marin AFP

Non, Emmanuel Macron ne regrette en rien d'avoir évoqué la semaine dernière les "fainéants ". La rencontre du président avec le public n'était pas prévue au programme de sa matinée dans la Ville rose.

Un jeune Toulousain a fondu en larmes lors de sa rencontre avec Emmanuel Macron, venu saluer la foule place du Capitole, à l'occasion d'un déplacement consacré au logement, ce lundi.

La principale idée du plan " Logement d'abord " sera donc de changer le système de gestion de l'hébergement d'urgence pour 100 000 personnes. "Je ne l'ai pas fait avec l'esprit de polémique ", a ajouté le chef de l'État.

"Le président de la République a également indiqué son intention d'accroître la construction de logements neufs, en portant à 40.000 par an dès 2018 et sur tout le quinquennat" la construction de logements "très sociaux" et en faisant augmenter "massivement" la construction dans le parc libre, grâce à "une réduction des exigences des normes" environnementales et sociales.

Il faut écouter le discours avec calme et apaisement. Objectif? Concentrer plutôt les moyens pour construire plus de logements en zone tendue, avec comme objectif de faire baisser leur prix. Pour le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, ces mesures vont dans le bon sens, notamment les places en intermédiation locative, mais "il faudrait aller plus loin dans la construction de logements très sociaux".

"Qui qu'il ait visé, il y a forcément une part de mépris et ce n'est pas nouveau chez Emmanuel Macron", a jugé Olivier Faure (PS), tandis que l'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon l'a qualifié de président "immature".

"Vous en entendrez parler, il y aura énormément de (gens) qui s'élèveront contre ça, tous ceux qui ont dit (que) ces normes (sont) sur tout le territoire pour tout le monde", a-t-il précisé. "Mais il faut du pragmatisme".

Dernières nouvelles