Une famille juive séquestrée et détroussée chez elle — Seine-Saint-Denis

Nuit d'horreur pour une famille juive en Seine-Saint-Denis

Une famille juive séquestrée et détroussée chez elle — Seine-Saint-Denis

Dans la nuit du 7 au 8 septembre une famille juive de Livry Gargan a été " agressée à son domicile, menacée de mort, insultée, violemment battue et dépouillée par 3 individus, " lit-on dans un communiqué du BNVCA qui explique que cette famille fait partie du cercle des intimes du président de l'association. Selon une source proche du dossier, la police recherche les agresseurs pour " vol aggravé par plusieurs circonstances dont le fait que les agresseurs ont agi en raison de la religion des victimes".

L'affaire présente des similitudes avec l'agression de Créteil en décembre 2014 que la justice a récemment requalifié en agression antisémite.

"Le ministre de l'Intérieur a demandé un suivi appuyé de l'enquête qu'il suit heure par heure", a indiqué sur Radio J le secrétaire d'État au numérique, Mounir Mahjoubi, en condamnant des "faits ignobles". Ce dimanche, plusieurs institutions juives dénoncent une "agression antisémite". "Selon les victimes, les auteurs se sont introduits dans le pavillon par effraction, ils ont coupé le courant, séquestré d'abord le fils de la famille, puis au petit matin s'en sont pris à la maîtresse de maison" et à son mari pendant plusieurs heures, jusqu'à ce que la police intervienne, prévenue par la mère, détaille le BNVCA.

Selon un témoignage recueilli par le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA), les agresseurs auraient déclaré: " vous êtes juifs, vous avez de l'argent, on prend l'argent aux juifs pour le donner aux pauvres ". Ils se sont faits alors remettre bijoux, argent en espèce et cartes de crédit et ont pris la fuite.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a également publié un communiqué, dans lequel il condamne une "agression très violente et antisémite" et réclame "une vigilance renforcée" et "des sanctions exemplaires et dissuasives", rappelant "le meurtre atroce de Sarah Halimi". "Il faut que ces personnes soient condamnées avec la plus grande fermeté", a-t-il ajouté.

Dernières nouvelles