Tennis : Rafael Nadal qualifié pour sa quatrième finale à l'US Open

Nadal affrontera Anderson en finale des Internationaux des États-Unis

US Open: Nadal s'offre Del Potro... et une finale inédite face à Anderson

Il avait notamment fait tomber Andy Murray en 8es, mettant fin, au passage, à sept éliminations en huitièmes de finale en Grand Chelem...

Kevin Anderson, invité surprise Mis en difficulté par l'Argentin dans le premier set, le " Taureau de Manacor", victorieux dans le Queen's en 2010 et en 2013, a retrouvé ses habitudes de rouleau compresseur sous les yeux d'un spectateur de choix, Tiger Woods.

Bien que relativement méconnu, Kevin Anderson n'est plus tout jeune. "Je suis au 7e ciel, il y a 9 mois on m'a dit que je devais me faire opérer d'une hanche et maintenant, je suis en finale dans l'un des plus grands tournois du monde", a expliqué Anderson.

A 31 ans, Kevin Anderson va disputer sa première finale d'un tournoi du Grand Chelem. Le dernier de ses 3 titres remonte au 24 août 2015, et c'était un ATP 250 (à Winston Salem, déjà aux Etats-Unis, un pays qui lui porte chance). Installé aux Etats-Unis à 18 ans et passé par le système universitaire américain, Anderson peut devenir le premier Sud-Africain à gagner un tournoi majeur depuis Johan Kriek.

En l'emportant contre Carreno Busta, Anderson est devenu le joueur le moins bien classé à participer au match de championnat à Flushing Meadows depuis l'instauration du classement mondial de l'ATP en 1973. Une arme dont il sait disposer, preuve en est avec les 22 aces réalisés lors de cette demi-finale. C'est là qu'il a parfait sa formation de tennisman, dès l'âge de 18 ans sur les courts de l'université de Floride.

C'est également sur ce campus qu'il a rencontré sa future femme, Kelsey O'Neal, membre de l'équipe de golf de l'université et qui gère désormais la carrière de son mari.

Le Sud-Africain a fait plier en deux heures et 49 minutes de jeu, avec son puissant service et ses incessantes montées au filet, son adversaire qui n'avait pas perdu un seul set jusque là. Il avait ainsi reculé jusqu'à la 80e place mondiale, à l'issue d'une triste année 2016 (17 victoires, 21 défaites), avant de réussir un come-back assez spectaculaire ces derniers mois. "J'ai vu des messages de soutien d'Ernie Els et Louis Oosthuizen, deux grands golfeurs que j'avais rencontrés en Floride (où il réside à Delray Beach) ".

Dernières nouvelles