L'Etat entame avec Engie son programme de cessions

L'État va céder 4,1% d'Engie

L'État engage la cession de 4,1% du capital d'Engie

Engie. L'Etat français a annoncé mardi avoir engagé la cession de 111 millions d'actions du groupe Engie (anciennement GDF Suez), soit 4,56% de son capital.

Dix milliards d'euros: c'est le montant que le gouvernement a prévu de récupérer en vendant une partie des actions qu'il détient dans les grandes entreprises françaises, une somme qui doit en principe être injectée dans un fonds destiné à financer l'innovation, promis par Emmanuel Macron pendant la campagne.

La progression du titre Engie mercredi, après son repli technique initial, peut aussi s'expliquer par un regain d'intérêt des investisseurs qui étaient restés à l'écart en vue d'un nouveau placement éventuel de l'Etat. De plus, l'État réaffirme son entière confiance dans le management et les salariés d'ENGIE. L'État devrait néanmoins garder plus d'un tiers d'un droit de vote en raison de la loi Florange qui accorde des droits de vote double aux actionnaires de long terme (au moins deux ans).

Le lendemain de l'annonce de Bruno Le Maire, le Premier ministre a déclaré qu'il ne s'agira pas de "privatisations", mais plutôt de "cessions de participations" dans le capital des entreprises. En janvier dernier, l'État avait déjà cédé 4,1% du capital du groupe, abaissant ainsi sa participation à 28,7% du capital et 32,6% des droits de vote. Dimanche, le Premier ministre Édouard Philippe avait précisé que ces cessions interviendraient " au rythme et aux conditions les plus intéressantes pour l'État", sans donner de précisions sur les entreprises concernées.

Concernant les prochaines opérations, plusieurs noms de groupes reviennent avec insistance, comme le constructeur automobile Renault ou bien le numéro un français des télécoms Orange. Il s'agit d'un "placement institutionnel accéléré" selon un communiqué de l'Agence des participations de l'Etat (APE). Ces participations pèsent actuellement près de 100 milliards d'euros, dont 70 dans des sociétés cotées.

Dernières nouvelles