Les républicains. L'évanescente union des droites et du centre

Florence Portelli candidate à la présidence des Républicains à La Baule samedi

Florence Portelli candidate à la présidence des Républicains à La Baule

"En annonçant urbi et orbi que vous aviez choisi de vous consacrer à 100 % à la Région Auvergne-Rhône-Alpes, vous aviez réussi à faire accroire l'idée que vous vous étiez résolu à remplir entièrement le mandat que vous tenez des élections de décembre 2015, souligne Stéphane Gemmani. Vos promesses n'auront pas survécu à l'été et c'est la rechute, bête et brutale".

Puis il a rapidement troqué le sentimentalisme introductif contre un ton d'emblée incisif. Taillant illico dans le lard d'adversaires autres que ceux qui devraient être ses concurrents à court terme: le député du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle, la conseillère régionale d'Île-de-France Florence Portelli et la peu connue Laurence Sailliet. Trois outsiders dans la course à la présidence des Républicains, rejoints ce dimanche 3 septembre, par le député du Vaucluse Julien Aubert. "Mais je suis lucide, pas dupe des caricatures et des petites stratégies", glisse Laurent Wauquiez, à quelques minutes d'entreprendre l'ascension du mont Mezenc (Haute-Loire). Dans son viseur, les barons de LR mais aussi les Constructifs emmenés par Solère, "cette droite strapontin d'Emmanuel Macron ", cingle-t-il. Elle n'est d'ailleurs pas la seule au sein de son parti à critiquer le candidat: récemment, l'ancien ministre Frédéric Lefebvre, dans une tribune parue dans le Huffington Post, appelait à l'unité face à "la droite sectaire de Wauquiez". En déclarant récemment qu'il se sentait plus proche de Laurent Wauquiez que de Floriant Philippot, Robert Ménard, le maire de Béziers, ne va pas les rassurer...

Toutefois, ce moment d'humilité restera court, dans le discours, "je suis convaincu que ce ne sont pas nos valeurs qui ont perdu, l'instrumentalisation des affaires contre François Fillon nous a tués, mais les valeurs de la droite restent intactes".

Et les valeurs de droite d'être reprécisées: le travail, l'autorité, le respect, la lutte contre l'insécurité, l'identité, l'anticommunautarisme, "au sommet de la constitution qu'il n'y ait pas le principe de précaution, mais celui de l'audace". "Pour que la droite soit de retour, oui, je suis candidat à la présidence des Républicains", a-t-il lancé. Première adjointe d'Alain Juppé à Bordeaux, elle incarne le rassemblement de la droite proné par Laurent Wauquiez.

Dernières nouvelles