Angela Merkel sort renforcée du débat télévisé face à Martin Schulz — Allemagne

La stratégie de caméléon de Merkel à l'épreuve de son débat télévisé face Martin Schulz

La stratégie de caméléon de Merkel à l'épreuve de son débat télévisé face Martin SchulzPlus

"Ce devait être un duel". Ce fut plutôt un duo.

Reste que près de 50% des électeurs n'ont pas encore fait leur choix.

La chancelière allemande Angela Merkel a jugé dimanche soir que la Turquie n'adhérerait jamais à l'Union européenne, et annoncé vouloir mettre fin aux négociations d'adhésion, alors que les sujets de tensions se multiplient entre l'Europe et Ankara. Une alliance que la chancelière a su rappeler à son adversaire "à chacune des timides attaques", puisque son parti a soutenu toutes les mesures adoptées par son gouvernement [Libération]. Pendant une heure et demie, les candidats de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) et du Parti social-démocrate (SPD) ont discuté plus que débattu, dialogué plus que bataillé, l'un opinant souvent de la tête quand l'autre avait la parole, et leur confrontation a davantage été celle de deux personnalités que celle de deux projets politiques. Objectif raté au vu des sondages des chaînes de télévision publiques. "Les propos de la chancelière sont clairs", a ainsi déclaré le porte-parole d'Angela Merkel, Stephen Seibert, lors d'une conférence de presse à Berlin ce 4 septembre. En effet, "l'arrivée de 1,3 million de migrants depuis 2015 a marqué le troisième mandat d'Angela Merkel". "À l'époque, il aurait fallu se concerter avec nos partenaires européens au lieu de les mettre devant le fait accompli".

Difficile de trouver un thème sur lequel les candidats se sont distingués significativement.

"Même sur les questions sociales, terrain sur lequel le programme de M. Schulz est plus précis et plus ambitieux, ils n'ont pas réussi à se différencier", note Le Monde. "'Merci d'avoir adopté la position des sociaux-démocrates', lui a-t-il répondu d'un sourire agacé" [Le Monde].

M Merkel a cependant souligné que la cessation des négociations portant sur l'entrée de la Turquie dans l'UE était une décision qui ne pourrait être prise que par l'ensemble des États de l'UE.

Occasion de "la dernière chance" pour Martin Schulz, le rendez-vous semble donc avoir été manqué. Mais la chancelière, "en place depuis 12 ans, n'a pas ménagé ses efforts et son adversaire est tombé dans ses pièges", estime le Huffington Post.

" Le fait que Merkel et Schulz n'aient pas du tout évoqué la discrimination et le racisme en hausse tout au long de l'émission, montre le niveau de la politique allemande " a continué M. Kalin.

Dernières nouvelles