Business France: Pénicaud assure qu'elle n'a pas essayé d'étouffer l'affaire

Las Vegas: non Madame la ministre ce n'est pas une blague

Muriel Pénicaud ministre du Travail le 6 juin à Paris

Des éléments d'un audit réalisé par le cabinet d'audit EY (ex-Ernst & Young), que Libération s'est procuré, "ne laissent aucun doute sur l'implication du cabinet du ministre de l'Economie" de l'époque, estime le quotidien.

Lorsque l'affaire a éclaté, Emmanuel Macron a écarté la responsabilité de son entourage, affirmant que son "ministère a [vait] toujours respecté les règles des appels d'offres et des marchés publics". Mais comme elle l'avait fait au moment de la révélation de l'affaire, Muriel Pénicaud rappelle que c'était elle qui avait "immédiatement déclenché un audit, interne et externe", au moment où elle avait constaté des "irrégularités" sur les frais engagés par Business France.

"Il y a eu une erreur de procédure dans une équipe, ça peut arriver sur 500 conventions par an". Interrogée sur une éventuelle volonté d'étouffer l'affaire, la ministre du Travail a conclu: "C'est moi qui ai alerté le conseil d'administration, c'est moi qui ai déclenché l'audit. Il y a eu ensuite une inspection générale qui a confirmé qu'effectivement il y avait eu une erreur et d'autre part que j'avais pris les bonnes mesures", a réagi Muriel Pénicaud sur RTL. "C'est une blague!", a-t-elle répondu à l'évocation d'une possible tentative de dissimulation.

Lors de cette soirée, qui s'était tenue le 6 janvier 2016 à Las Vegas, Emmanuel Macron avait rencontré des dirigeants de start-up françaises.

Ce mercredi, le cabinet d'Emmanuel Macron (lorsqu'il était encore ministre de l'Économie) a été impliqué dans l'organisation du voyage sur lequel la justice française enquête actuellement.

Fabienne Bothy-Chesneau, alors directrice exécutive chargée de la communication et de la promotion à Business France, s'en irrite d'ailleurs.

Muriel Pénicaud est embarrassée par de nouvelles révélations de Libération alors que le projet autorisant à réformer par ordonnances la code du travail doit être présenté mercredi en Conseil des ministres. Un audit remis à la ministre le 28 juillet 2016 et qui a dormi de longs mois dans le placard de la ministre. Le contrôleur économique et financier avertit alors les ministères de tutelle. Michel Sapin, alors ministre de l'économie, avait volé à son secours assurant que le dysfonctionnement venait de Business France. L'auteur du rapport, qui recouvre les conclusions de l'audit, fera un signalement au parquet fin février.

Une enquête avait alors été ouverte. Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner s'est dit récemment "pas inquiet" des conséquences de cette affaire pour Mme Pénicaud.

Dernières nouvelles