L'Etat islamique envisageait de frapper l'Euro 2016 avec un véhicule piégé

Pendant l'Euro les fanzones étaient filtrées par d'importantes mesures de sécurité.Olivier Arandel  LP

Pendant l'Euro les fanzones étaient filtrées par d'importantes mesures de sécurité.Olivier Arandel LP

Alors qu'il est entendu dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, Mohamed Abrini a révélé, lors de son audition, que l'Etat Islamique voulait attaquer l'Euro 2016 de football.

En décembre, Europol, l'Office européen de police, mettait d'ailleurs en garde contre le risque d'attentats à la voiture piégée sur le sol européen. Selon la radio, " après les attaques de Paris, un autre projet terroriste était en préparation, à la voiture piégée cette fois ".

L'interpellation de Salah Abdeslam dans un appartement de Molenbeek, une commune de Bruxelles, le 18 mars 2016, aurait chamboulé les plans de la cellule qui a organisé les attentats du 13 novembre, précipitant leur action dans la capitale Belge quelques jours plus tard.

Mohamed Abrini est toujours entendu par les enquêteurs. La France est pour l'instant épargnée par ce type d'attaque, qui est le mode opératoire de prédilection des terroristes du groupe EI en Irak et en Syrie. "J'étais contre les attentats", a affirmé Mohamed Abrini au juge avant d'évoquer des pressions du groupe Etat Islamique. L'homme impliqué dans les attentats à Paris puis à Bruxelles a confirmé que l'utilisation d'un véhicule piégé et lancé sur la foule était prévu. "On nous disait qu'il valait mieux qu'on travaille avec eux et qu'on aille jusqu'à la fin, qu'il ne fallait pas nous rendre".

Dernières nouvelles