Premier Conseil des ministres pour le deuxième gouvernement de l'ère Macron

La ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez le 13 mai 2017 à Paris

La ministre des Affaires européennes Marielle de Sarnez le 13 mai 2017 à Paris

Après le remaniement, les 30 membres du gouvernement Philippe et Emmanuel Macron ont posé dans le jardin de l'Élysée pour la fameuse 'photo de famille'. Dans les rangs de l'opposition, Laurent Wauquiez, numéro deux des Républicains a qualifié ces démissions en série de "scandale politique", parlant d'une "crise gouvernementale majeure" avant d'exhorter Emmanuel Macron à ne pas laisser des "personnages entachés", en l'espèce Richard Ferrand et Marielle de Sarnez, diriger des groupes à l'Assemblée. Le soleil et la canicule étaient au rendez-vous. Jeudi matin, selon l'Elysée, le nouveau gouvernement se retrouvera "vraisemblablement" pour son premier Conseil des ministres avec, à l'ordre du jour, la loi antiterroriste, qui est censée prendre le relais de l'état d'urgence après sa sixième prolongation.

A l'issue de cette recomposition, annoncée comme un simple remaniement "technique", onze nouveaux venus ont gravi pour la première fois les marches du palais présidentiel. Mais aussi Florence Parly, membre du PS depuis 1995 et ancienne vice-présidente du conseil régional de Bourgogne, nommée aux Armées pour succéder à Sylvie Goulard. Nathalie Loiseau, directrice de la grande école d'administration ENA, est chargée des Affaires européennes à la place de Marielle de Sarnez au sein de ce gouvernement formé après les législatives, qui ont doté le président centriste d'une majorité parlementaire très confortable.

Pour ce qui est des nouveaux secrétaires d'Etat, ils sont appelés à être les "adjoints" des ministres auprès desquels ils sont affectés.

Jacques Mézard, issu du PRG mais qui a rallié Emmanuel Macron, devient quant à lui ministre de la Cohésion des territoires, remplacé à la tête de l'Agriculture et de l'alimentation par Stéphane Travert, ancien PS et député élu dans la Manche sous l'étiquette du parti d'Emmanuel Macron.

Richard Ferrand fait l'objet d'une enquête préliminaire, après la publication fin mai d'un article du Canard enchaîné révélant que les Mutuelles de Bretagne avaient décidé en 2011, lorsqu'il en était directeur général, de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. Le MoDem reste "un des piliers" du gouvernement, a assuré Edouard Philippe au 20 heures de TF1.

C'est "un choix personnel" qui "simplifie la situation", a réagi le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner.

En dehors des membres du Parti socialiste présents au gouvernement, c'est Jean-Luc Mélenchon qui est le plus sollicité parmi les personnalités de gauche, avec 34 % (en hausse de 2 points) des personnes interrogées qui souhaitent qu'il ait davantage d'influence dans la vie politique.

Dernières nouvelles