Jacqueline Jacob, la grand-tante, mise en examen — Petit Grégory

Dans le clan Jacob-Villemin, les relations n'ont jamais été au.

A lire aussi: Le mystère de l'affaire du petit Grégory sera-t-il enfin percé? Voilà ma vengeance pauvre con. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP.

Marcel et Jacqueline Jacob, oncle et tante de Jean-Marie Villemin, père du petit garçon assassinés on été déférés vendredi matin au parquet général de Dijon pour être présenté à un juge d'instruction.

Marcel Jacob est le grand-oncle de Grégory, c'est à dire le plus jeune frère de Monique Jacob (épouse Villemin), la grand-mère paternelle de Grégory.

En décembre 1982, lors d'une dispute entre Marcel, Jacqueline et les autres membres de la famille, Marcel lance à Jean-Marie: "Je ne serre pas la main d'un chef". Appels téléphoniques et lettres anonymes menaçantes, dès le début, les enquêteurs savent qu'il y a deux corbeaux, un homme et une femme. Mais il n'avait encore jamais été inquiété par la justice.

- Sur les trois lettres de 1983, l'une d'entre elles "au moins", aurait été écrite par Jacqueline Jacob. La grand-mère aussi était entendue par la police, en audition libre. Le 16 octobre 1984, Grégory Villemin, 4 ans, avait été retrouvé mort, pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne, une petite rivière du département des Vosges. A l'époque du crime, Marcel était déjà dans le collimateur des enquêteurs, considéré comme le corbeau. Je pense qu'il y a un piège et qu'ils vont nous sortir de nouveaux éléments lundi. Placée en garde à vue en même temps qu'eux, la belle-soeur de Jean-Marie Villemin, Ginette Villemin, a, elle, été remise en liberté jeudi en fin d'après-midi. Il est le premier à apprendre la mort de Grégory après un appel du corbeau. "Vous savez quand vous avez une mère qui vous renie, c'est que c'est une famille spéciale".

Une lettre anonyme avait raconté l'accrochage verbal avec Jean-Marie Villemin. Le 16 octobre (1984, ndlr), moi je travaillais. On parle alors d'un "corbeau", qui serait responsable du meurtre. Les résultats désigneraient le grand-oncle et la grand-tante de Grégory comme liés à l'enlèvement. C'est elle qui a également élevé son neveu, Bernard Laroche, dont la mère - sa sœur - avait succombé en couches.

Laffront lui vaut une rupture durable avec son fils et sa bru.

Bernard Laroche le 5 novembre 1984. L'individu à la moustache pourrait-il être Bernard Laroche? Il est tout de même inculpé d'assassinat, accablé par des expertises graphologiques et les contours d'un mobile construit sur la jalousie à l'égard de Jean-Marie, dont il ne supporte pas les succès professionnels et privés. "En définitive, à l'issue de l'instruction, il existe contre Bernard Laroche des charges très sérieuses d'avoir enlevé Grégory; en revanche (.), il est impossible d'affirmer que Grégory a été tué par Bernard Laroche ", concluent les magistrats en 1993. Revenue sur ses déclarations trois jours plus tard, accusant les gendarmes de les avoir recueillies sous la pression, cette adolescente à la crinière rousse s'est depuis retranchée dans un silence pesant.

Dernières nouvelles