Législatives : La République en marche obtient 361 sièges

Une majorité absolue: la République en Marche fait une entrée fracassante à l'Assemblée nationale, avec 350 sièges, très loin devant la droite, qui a 137 sièges, et le PS, avec 45 sièges seulement. Quoi qu'il en soit, les noms des nouveaux députés sont désormais officiels.

Le Parti socialiste, promis à une disparition politique, sort la tête de l'eau: le PS et ses alliés obtiendraient 46 sièges alors que les projections du premier tour ne lui accordaient que 20 à 35 places.

La droite remporte elle le plus petit nombre de circonscriptions de son histoire, tout comme le PS. En revanche, La France insoumise a percé, avec 17 sièges, tout comme le Front national, avec 8 sièges. La semaine sera aussi dominée par les tractations sur les répartitions des postes clés de l'Assemblée en vue de la séance inaugurale du 27 juin où sera élu le successeur de Claude Bartolone, président de la chambre basse. Plus étonnant, le ministre de la Cohésion des Territoires, Richard Ferrand, actuellement visé par des soupçons de conflit d'intérêt, a retrouvé son siège en Bretagne. On notera les réélections de Thierry Solère, Christian Jacob et Eric Woerth. Le chef de file des Républicains pendant la campagne, François Baroin, se félicite toutefois de la "constitution d'un groupe suffisamment important pour faire valoir nos convictions, pour défendre nos valeurs".

Le Parti socialiste est annoncé gagnant dans 32 circonscriptions. Les Républicains perdent un siège et se maintiennent dans cinq.

A l'autre extrême, le Front National a souffert du système de votation uninominale à deux tours, et n'obtient que huit élus, soit tout de même six de plus qu'en 2012, sans compter le fauteuil de Jacques Bompard (Ligue du Sud). Le MoDem remporte 44 sièges, ce qui fait une majorité En Marche-MoDem à 355 sièges. Enfin la France Insoumise (FI) de Jean-Luc Mélenchon et le Parti communiste français (PCF) obtient de 10 à 30 députés et le Front nationale (FN) de 4 à 8.

Dernières nouvelles