Eliminé au 1er tour, Henri Guaino s'en prend aux électeurs

Largement battu au premier tour des législatives Henri Guaino s'est emporté sur le plateau de BFM TV dimanche 11 juin contre ses électeurs

Henri Guaino arrête la politique et s'emporte : "Mes électeurs sont à vomir"

"Je suis allé au bout du bout de mes engagements politiques, ça fait plus de 30 ans, avec un seul mandat de député qui vient de s'achever, voilà, j'ai épuisé le sujet" a réagi Henri Guaino suite à son élimination au 1er tour des élections législatives. L'électorat qui a voté aujourd'hui dans la 2e circonscription de Paris est, à mes yeux, à vomir. Classe! Les électeurs apprécieront. Au soir de sa défaite, le 11 juin, l'ancien proche de Nicolas Sarkozy n'a pas mâché ses mots sur le plateau de BFMTV, estimant que les électeurs de sa circonscription étaient "à vomir". Candidat dissident, privé de l'investiture des Républicains accordée à Nathalie Kosciusko-Morizet, dans la 2e circonscription de Paris, il a obtenu 4,51 % des voix. Et de donner quelques précisions sur sa vision de cet électorat: "Entre les bobos, qui sont dans l'entre-soi de leur égoïsme, et cette espèce de bourgeoisie traditionnelle de droite". "J'ai voulu aller jusqu'au bout, je suis allé jusqu'au bout", conclut Henri Guaino qui, à l'entendre, n'a plus rien à perdre. "Cette droite un peu pétainiste qui a voté à la primaire de la droite contre tous ses préceptes moraux".

Interloqués par les propos d'Henri Guaino, les deux journalistes de BFM TV l'interrogent sur ses motivations à se présenter devant ces électeurs qu'il reconnait "mépriser". "Pour ceux-là, oui, bien sûr", a-t-il répondu. Amer, le candidat a regretté les candidats actuels: "maintenant on se retrouve avec les gens que vous voyez, qui franchement ne méritent pas le respect". Il ne sera jamais en marche. Il préfère se retirer plutôt que de choisir entre " des opportunistes, des affairistes et des menteurs ".

Dernières nouvelles