Un document troublant publié par Le Canard Enchaîné — Affaire Ferrand

Richard Ferrand ministre de la Cohésion des territoires est attendu ce lundi à Deauville

Richard Ferrand ministre de la Cohésion des territoires est attendu ce lundi à Deauville. | Reuters

Le Premier ministre a confirmé que Richard Ferrand pouvait garder son ministère, estimant qu'il n'avait pas failli à son devoir d'exemplarité.

Selon lui, "c'est le peuple qui décide de faire confiance ou non", chose qu'il vérifiera lors des élections législatives, les 11 et 18 juin, auxquelles il est candidat, "pour aller chercher la légitimité populaire". "Je peux vous dire que le texte qui est en cours d'élaboration va beaucoup plus loin que ce que l'on peut penser", vante-t-il aussi.

"Tout en se disant attaché à la présomption d'innocence, le maire de Troyes a demandé de " la clarté à tous les étages ".

Richard Ferrand est au cœur d'une polémique après des informations du "Canard enchaîné" et du "Monde", qui portent sur une location immobilière des Mutuelles de Bretagne, qu'il a dirigées, impliquant sa compagne.

Cette opération n'a a priori rien d'illégal et ne fait l'objet d'aucune enquête de justice. Mais elle a fait naître un soupçon de favoritisme dans un contexte rendu brûlant par la déflagration de l'affaire François Fillon durant la campagne présidentielle.

" Les révélations du Canard enchaîné jettent une forte suspicion sur la SCI SACA abritant cette structure mutualiste, notamment sur les conditions d'occupation, de fixation des loyers, de montant de travaux au profit de la SCI SACA ", avait-il affirmé dans son courrier à l'ACPR. Ferrand avait " réfuté et condamné tous les soupçons " de l'enquête du Monde, qui parle de " mélange des genres " entre affaires privées et vie publique. Sa direction actuelle proclame dans un récent communiqué qu'il "était parfaitement connu que ces locaux appartenaient à la compagne de Richard Ferrand".

Mêlant les cas de M. Ferrand et du garde des Sceaux François Bayrou, renvoyé en correctionnelle dans une affaire de diffamation, le patron des députés LR, Christian Jacob, a dénoncé un gouvernement "empêtré dans ses propres turpitudes". Au lieu de cela, c'est la SCI de la compagne de Richard Ferrand qui en profite aujourd'hui. Enfin, ce dernier (aurait) défendu, dès 2012, les intérêts des Mutuelles de Bretagne en portant une proposition de loi qui leur était favorable. Idem pour le parquet national financier et l'ACPR saisi par un parlementaire a botté en touche, en expliquant que les Mutuelles de Bretagne ne rentraient pas dans son champ de compétences dans la mesure où elles n'effectuent pas d'opérations d'assurances. "Devais-je m'abstenir de défendre un principe pertinent et dans le sens de l'intérêt général au prétexte que je connais bien le sujet", s'interroge le député. Les révélations autour de Richard Ferrand, nouveau ministre de la cohésion des territoires et député socialiste du Finistère depuis 2012, comportent de multiples volets. "Si ce gouvernement veut encore avoir la moindre crédibilité pour porter un projet de loi de moralisation de la vie publique, il ferait mieux de faire démissionner M. Ferrand ", a jugé sur Europe 1 le vice-président du Front national Florian Philippot, pour qui le ministre est devenu un " boulet ".

Dernières nouvelles