Guerre syndicale et grève des navigants en vue — Air France

L'un des trois syndicats représentatifs a validé l'accord d'entreprise pour les personnels de cabine

L'un des trois syndicats représentatifs a validé l'accord d'entreprise pour les personnels de cabine. | AFP

Il a été rejoint par l'Unsa-PNC et trois organisations non représentatives (CFTC, SUD-Aérien, SNGAF). Et si les adhérents ont bien identifié les "mesures moins populaires", ils ont aussi compris que "dans une négociation il y a avait forcément des contreparties", assure l'UNAC. La première, la plus simple mais la moins probable, verrait un deuxième syndicat représentatif se prononcer en faveur de l'accord, qui serait de fait validé.

Les deux syndicats ont confirmé hier le maintien de leur préavis de grève pour dénoncer le projet d'une nouvelle compagnie aérienne à coûts réduits et le nouvel accord collectif proposé par la direction.

Les grévistes s'opposent aussi au projet BOOST qui constitue d'après eux "un projet d'externalisation de notre activité dans une structure employant des PNC travaillant pour Air France avec des conditions de travail et de rémunération nettement dégradées". Autre solution, le recours à la loi El Khomri qui prévoit qu'un syndicat minoritaire peut faire valider un accord par voie de référendum auprès de l'ensemble des salariés concerné par cet accord (donnant donc à cet accord une valeur juridique).

Sur son site Internet, la compagnie souligne qu'elle "privilégie le dialogue social" afin de "trouver des solutions de compromis".

Sur la période du mouvement, l'enregistrement en ligne sera possible exceptionnellement 15 heures avant le départ de votre vol. Les passagers concernés par l'annulation de leur réservation seront informés la veille du départ.

Dernières nouvelles