Présidentielle 2017: Emmanuel Macron en quête d'adoubement à Berlin

Présidentielle: Merkel ne soutient pas Macron

Emmanuel Macron reçu à Berlin par Angela Merkel

Ainsi Emmanuel Macron, souvent rayé par ses détracteurs qui jugent qu'il n'a pas assez d'expérience, a rencontré Theresa May, la Première ministre britannique, le 21 février dernier et s'est rendu à Berlin ce jeudi 16 pour rencontrer Angela Merkel. Comme François Fillon, il a appelé de ses voeux un renforcement de "l'Europe de la défense".

Deux mois après François Fillon, le candidat d'En marche! à l'élection présidentielle doit rencontrer la chancelière allemande jeudi 16 mars. Lors de sa précédente venue à Berlin, les 10 et 11 janvier, Emmanuel Macron n'avait pas pu rencontrer Angela Merkel.

Le jeune candidat, qui figure parmi les favoris à la présidentielle, a indiqué que la chancelière et lui s'étaient "félicités l'un et l'autre des résultats des élections aux Pays-Bas" et avaient parlé "de la montée des extrêmes", "de ce qui les nourrit et de comment les combattre".

S'il a nié venir chercher à Berlin "un adoubement" d'Angela Merkel - "le seul adoubement dans une campagne présidentielle, c'est celui du peuple" -, il a déroulé un discours réformateur compatible avec les exigences de l'Allemagne à l'égard de ses partenaires. Il lui a exprimé son attachement au couple franco-allemand, mais aussi sa volonté de respecter les engagements européens.

Le 24 janvier, c'est le candidat LR François Fillon que la chancelière recevait, avec photo officielle à l'appui, elle qui avait soutenu Nicolas Sarkozy en 2012.

Un petit tour en Allemagne pour Emmanuel Macron.

Pour l'instant, seul François Fillon a obtenu une entrevue avec la chancelière allemande, le 23 janvier 2017. A Berlin, son planning est chargé: il rencontrera également le nouveau président de la République, Frank-Walter Steinmeier, et débattra en fin de journée avec le philosophe Jürgen Habermas ainsi qu'avec le ministre des affaires étrangères, Sigmar Gabriel. Officiellement, elle a d'ailleurs fait savoir qu'elle était prête à recevoir tous ceux qui le souhaiteraient, à l'exception toutefois de Marine Le Pen.

Dernières nouvelles