Un drone pour transporter les voitures — Airbus Pop.up

Airbus dévoile sa voiture volante au salon de Genève

Italdesign et Airbus présentent la voiture volante

On aurait dit qu'il s'agit d'un film de science-fiction, mais c'est bien une voiture volante qu'Airbus développe en partenariat avec le cabinet de design industriel ItalDesign.

Elle est rapidement devenue la vedette de cette 87 édition du salon de l'automobile de Genève, en Suisse.

Les constructeurs automobiles travaillent aujourd'hui sur la voiture de demain et l'imaginent électrique et autonome. Véhicule aérien modulable et entièrement électrique, cet engin a été "conçu pour réduire l'encombrement dans les mégapoles très fréquentées", annonce Airbus dans un communiqué. Entièrement électrique, Pop-up est la solution fatasmée par tout le monde.

Pour pouvoir s'envoler et ainsi éviter le trafic routier au sol, la voiture est dotée d'une technologie inédite. Pop.up, une voiture-hélicoptère pour des trajets au quotidien Ce véhicule doté de deux sièges se présente comme un salon fermé, posé sur un châssis comportant des roues avant et arrière. La capsule en fibre de carbone ( 2,6 mètres de long, 1,4 mètre de haut et 1,5 mètre de large) se transforme en voiture de ville en se fixant simplement au module terrestre et s'envole aussi facilement via un module aérien de 5 mètres par 4,4 mètres propulsé par huit rotors contrarotatifs.

Pour circuler, le passager entre la destination de son choix dans une application dédiée et la voiture se met à avancer toute seule. "Le système suggère automatiquement la meilleure solution de transport - en fonction des connaissances de l'utilisateur, des horaires, de l'encombrement du trafic, des coûts, des demandes de covoiturage, etc. - reliant le module aérien ou terrestre, ou d'autres moyens de transport, à la capsule du passager selon ses préférences et ses besoins", explique Airbus. Cela induit que son prototype pourrait être utilisé comme un taxi nouvelle génération. Et pour ces derniers, la voiture du futur sera. volante.

Pour Airbus, le véhicule combine donc "la flexibilité d'un petit véhicule terrestre à deux places à la liberté et la vitesse d'un appareil à décollage et atterrissage verticaux (ADAV), unissant ainsi les domaines de l'automobile et de l'aéronautique". Les premiers essais sont prévus fin 2017.

Dernières nouvelles