Présidentielle : Marine Le Pen décroche les 500 parrainages requis pour être candidate

François Asselineau a été conseiller de Gérard Longuet lorsque celui-ci était ministre de l'Industrie

François Asselineau a été conseiller de Gérard Longuet lorsque celui-ci était ministre de

Il s'agit de Marine Le Pen et de François Asselineau.

Déjà qualifiés depuis les précédents comptages, François Fillon (2.111), Benoît Hamon (1.317) et Emmanuel Macron (1.266) continuent d'accumuler les signatures d'élus. Le suil des 500 signatures semble plus à portée de Jacques Cheminade qui à déjà 370 signatures, de Jean-Luc Mélenchon qui est en difficultés avec 356 signature malgré le réseau d'élu de gauche qui semble ne pas lui apporter l'appui attendu. Sous réserve, bien sûr, que le Conseil constitutionnel valide la répartition des parrainages déposés le 17 mars prochain.

Ce vendredi, deux nouvelles candidatures ont franchi la barre des 500 signatures (sans précision quant au remplissage de la deuxième condition).

Alain Juppé, qui a pourtant déclaré lundi qu'il ne se présentera pas, a tout de même reçu 46 parrainages ce vendredi et en totalise 288. D'après plusieurs médias français, l'entourage de François Hollande aurait également "gelé" 500 parrainages au cas où le président de la République reviendrait sur sa décision et se lancerait dans la course à un deuxième mandat. Malgré son aversion pour l'Union Européenne, son parti refuse une assimilation quelconque avec le Front National de Marine Le Pen.

D'autres candidats sont toujours à la recherche de signatures. Le candidat du NPA, qui avait réussi à se qualifier en 2012, ne dispose que de 245 parrainages et aura du mal à concourir une seconde fois à l'élection présidentielle. C'est presque un petit tremblement de terre de la part de ce candidat surprise mais malgré tout ambitieux.

Dernières nouvelles